« Leadership politique et sous-développement en RDC », bientôt sur le marché du livre à Kinshasa

0
113

Kinshasa, 21 mai 2021 (ACP).- Le Pr Joél Lisenga Bolila de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) et de l’Université protestante  au Congo (UPC) a annoncé, vendredi, au cours d’un entretien avec l’ACP, la parution bientôt à Kinshasa de son livre intitulé « Leadership politique et sous-développement en RDC : la ville de Kisangani et ses élites postcoloniales », aux éditions l’Harmattan, Paris 2021.

Selon l’auteur, ce livre cherche à provoquer une rupture, une prise de distance par rapport aux thèses ‘’conspirationnistes’’ et alarmistes excessivement mises en exergue dans plusieurs travaux de recherche portant sur les causes du sous-développement des Etats africains postcoloniaux.

Son point de départ, a-t-il dit, est une question relative à ‘’l’agentivité’’ de l’élite politique face au développement de sa nation, abordée à partir du contexte sociopolitique de la ville de Kisangani, chef-lieu de l’ex-province Orientale en RDC.

L’auteur a dit avoir évoqué dans ses investigations, la persistance d’une lutte acharnée pour le leadership, sur fond de compétition et de discorde entre les leaders politiques originaires de différents districts de l’ex-province Orientale

« Avec ces discordes, ils ont contribué significativement au sous-développement économique, social et culturel de cette ville en faisant le point de cristallisation de rébellions à répétition, de guerres, d’émeutes dévastatrices et de massacres des populations civiles à l’origine du pseudonyme affreux qui lui a été encollé, dès les premières années de l’indépendance, Kisangani (Stanley ville), la ville martyre de la RDC », a-t-il insisté.

Les principaux indicateurs de lutte pour le leadership

Le Pr Joél Lisenga  dit avoir réfléchi sur le rapport entre le leadership politique et le développement de la RDC, en mettant en corrélation les principaux indicateurs de cette lutte pour le leadership et leurs conséquences sur le développement depuis l’accession du pays à l’indépendance (1960) jusqu’à la fin de la première phase de la transition politique en 1997.

Le lecteur découvrira sans peine, a-t-il soutenu, que la lutte pour le leadership est l’un des facteurs qui expliquent le sous-développement de la ville de Kisangani.

Selon lui, la quête est double notamment, réduire les méfaits du leadership et du nationalisme du sous-développement et plus fondamentalement, développer un leadership et un nationalisme de développement. ACP/Fng/nig