Retour au Maroc pour des dizaines de migrants à la frontière de Ceuta en Espagne

0
144

Kinshasa, 21 mai 2021 (ACP).- Des dizaines de personnes venues à la nage, font la queue pour retourner au Maroc à la frontière de Ceuta en Espagne, a-t-on appris vendredi des médias étrangers. En début de semaine, près de 8000 personnes, principalement des jeunes hommes et adolescents se sont retrouvés sur les plages de l’enclave espagnole, après avoir effectué la traversée. Leur objectif, trouver du travail et échapper aux conditions de vie marocaines aggravées par la Covid-19. Cette semaine les tensions entre l’Espagne et le Maroc se sont sans aucun doute intensifiées. Le gouvernement espagnol a accusé le Maroc de chantage après que le pays ait permis à 8000 personnes d’atteindre la Ceuta. Cette décision marocaine intervenait en effet quelques temps après que l’Espagne ait choisi de fournir un traitement médical au leader du mouvement indépendantiste du Sahara occidental, qui souffre de Covid-19.

Selon les analystes, le Maroc a tenté d’exercer une pression diplomatique sur l’Espagne pour qu’elle reconnaissance sa souveraineté sur cette région. Par ailleurs, Amnesty international a déclaré « Les demandeurs d’asile et les migrants sont utilisés comme des pions dans un jeu politique entre le Maroc et l’Espagne. L’organisation estime qu' »environ 2 000 enfants non accompagnés » sont entrés à Ceuta cette semaine en provenance du Maroc Entrée en vigueur du cessez-le-feu entre Israël et le Hamas à Gaza Kinshasa, 22 mai 2021 (ACP).-Dans les rues de Gaza City, des milliers de Palestiniens ont célébré la trêve dès son entrée en vigueur à deux heures du matin, alors que des bombardements et des sirènes retentissaient toujours une heure avant selon des témoins, ont rapporté vendredi des médias internationaux.

« Ceci est l’euphorie de la victoire », a lancé à la foule Khalil al-Hayya, un haut responsable
du Hamas élu au Conseil législatif palestinien le 25 janvier 2006 en tant que représentant de la ville de Gaza. Ce dernier a promis de « reconstruire » les maisons détruites par cette escalade militaire.

Des manifestations de joie se sont également multipliées dans des villes de la Cisjordanie occupée, tandis que l’armée israélienne ne faisait mention d’aucune nouvelle alerte à la roquette. Cet accord a été favorisé par l’Egypte, puissance régionale entretenant à la fois des relations avec Israël et le Hamas, l’Union européenne et les Etats-Unis. Le mouvement (Hamas) est qualifié de « terroriste » par l’Etat hébreu, l’Union européenne et les Etats-Unis. Le président américain Joe Biden a contacté son homologue égyptien Adbel Fattah al-Sissi jeudi, peu avant l’entrée en vigueur du cessez-le-feu à Gaza,estimant qu’il était « une vraie opportunité » d’avancer vers la paix entre Israéliens et Palestiniens, tout en exprimant sa « sincère reconnaissance » à l’Egypte pour son rôle dans les négociations. « Je suis convaincu que les Palestiniens et les Israéliens méritent tout autant de vivre en sécurité et de jouir d’un même niveau de liberté, de prospérité et de démocratie » – Joe Biden, président des Etats-Unis. Et le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies Antonio Guterres a appelé à une « reconstruction et un rétablissement rapides et durables qui soutiennent le peuple palestinien et renforcent leurs institutions« .

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken se rendra au Moyen-Orient dans les prochains jours pour y rencontrer ses homologues israélien, palestinien et régionaux » et « travailler ensemble à la construction d’un avenir meilleur pour les Israéliens et les Palestiniens, a annoncé jeudi le département d’Etat. Le cessez-le-feu est tombé après une réunion du cabinet de sécurité israélien – regroupant le premier ministre Benjamin Netanyahu, l’état-major de l’armée et des services de renseignement – qui a « accepté à l’unanimité » l’initiative égyptienne de « cessez-le-feu bilatéral sans condition ». Le Hamas avait lancé les hostilités le 10 mai en tirant des salves de roquettes vers Israël en « solidarité » avec les centaines de Palestiniens blessés lors d’affrontements avec la police israélienne sur l’esplanade des Mosquées de Jérusalem, troisième lieu saint de l’islam.

Après ces tirs de roquette, Israël a lancé une opération visant à « réduire » les capacités militaires du Hamas en multipliant les frappes aériennes contre ce micro-territoire de deux millions d’habitants sous blocus israélien depuis presque 15 ans. De leur côté, le Hamas et le Jihad ont lancé plus de 4 300 roquettes vers Israël, des tirs d’une intensité inégalée contre l’Etat hébreu, qui dispose d’un bouclier antimissile ayant permis d’intercepter 90% de ces projectiles. Les affrontements ont fait au moins 232 morts côté palestinien, dont 65 enfants et de nombreux combattants du Hamas et du Jihad islamique, et 12 morts en Israël. ACP/Fng/nig