Le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi  examine les possibilités de partenariat  avec le Consortium égyptien d’Egyptian African Arab Co for Development

0
610

Kinshasa, 26 mai 21 (ACP).- Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo,  a reçu  mardi, dans son bureau de travail de la cité de l’Union Africaine à Kinshasa, un groupe d’hommes d’affaires égyptiens représentant le Consortium égyptien d’Egyptian African Arab Co for Development( EGAAD) , conduite par M  Reda Boulos, venu « scruter les possibilités d’un travail en synergie avec les Congolais dans les investissements sur plusieurs domaines, dans un partenariat gagnant-gagnant ». 

« Les deux parties, congolaises et égyptiennes, vont dorénavant oeuvrer dans un système de transfert de connaissances et de partage de savoir-faire », a souligné Reda Boulos, ajoutant  qu’il a présenté ses condoléances au Président de la République  en mémoire des Congolais décédés  à la suite de l’éruption volcanique survenue  récemment à Goma et au territoire de Nyiragongo.

Ce consortium des sociétés égyptiennes évoluera dans divers domaines notamment le secteur minier, de construction, du développement durable, de l’énergie renouvelable, des routes, de la fibre optique et de la construction à Kinshasa, de la nouvelle cité Kitoko.

Cette visite, rappelle-t-on, est consécutive aux différents contrats signés au mois de février dernier par le gouvernement congolais en Egypte, lors du dernier passage du Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi, au Caire. Ce consortium égyptien est donc venu répondre à cet engagement pour travailler désormais en RDC sous les auspices du Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Concernant le démarrage des travaux, Réda Boulos a rassuré que cela interviendra d’ici un mois avec le lancement des travaux de la station photovoltaïque de 10 Mega Watts à Mbuji- Mayi dans la province du Kasaï Oriental.

D’autres projets vont suivre à l’instar de la construction de la nouvelle cité Kitoko pour laquelle les études se poursuivent de sorte qu’elle réponde aux normes urbanistiques modernes. La première pierre pourrait vraisemblablement être posée l’année prochaine pour consacrer le début effectif des travaux, a conclu l’homme d’affaires égyptien. ACP/GGK