Recrudescence des cas de vol à mains armées observée à Kasongo  

0
460

Kindu,  25 mai 2021  (ACP).- Il s’observe ce dernier temps une recrudescence des cas de vol à mains armées dans la cité de Kasongo, chef-lieu du territoire de même nom, située à plus de 270 kilomètres de Kindu, dans la partie Sud du Maniema, a appris l’ACP de l’administrateur dudit territoire.

Selon Benoit Kingmbe Kitenge, des hommes en armes non autrement identifiés qui opèrent la nuit, sans se soucier le moins du monde de la présence des services du maintien de l’ordre et de la sécurité des personnes et de leurs biens, emportent de partout où ils passent, argent et autres biens de valeurs appartenant à la population appauvrie  par la présence des rebelles Mai Mai Malaika actifs dans la contrée.

Le dernier cas en date observé dans la contrée est celui vécu le dimanche 23 mai au quartier Mufala où ces hors la loi ont opéré dans la maison d’habitation de Placide Kheffa, emportant une moto de marque Honda, des téléphones marques Android, une somme de plus de huit cent mille francs congolais(800.000fcs) et plusieurs autres biens de valeurs, après avoir tiré en l’air plusieurs coups de balle.

 La population du bloc Tokedi  victime des cas de vol à mains armées à Kindu

Par ailleurs, la population du bloc Tokedi dans la commune Mikelenge à Kindu, chef-lieu de la province du Maniema, avait déploré, samedi 22 mai, plus de huit(8) cas de vol à mains armées et d’extorsion de leurs biens, dont des panneaux solaires, des batteries, des téléphones portables, des valises d’habits enregistrés à l’espace de trois(3) semaines dans la contrée.

Le dernier cas en date est celui perpétré lundi 24 mai par des hors la loi en armes et habillés en tenue de la PNC, au domicile de Jacques Useni, opérateur économique de son état, d’où ces malfrats ont emporté un poste téléviseur, un panneau solaire, deux batteries de 100 watts et beaucoup d’autres biens de valeurs.

Face à cette forme d’insécurité récurrente au chef-lieu de la province  du Maniema, en dépit des patrouilles mixtes PNC-FARDC, la victime a plaidé pour l’intensification des dispositions sécuritaires par le pouvoir public provincial en vue de mettre un terme à la recrudescence de l’insécurité vécue au quotidien par la population au chef-lieu du Maniema et ses hinterlands.  ACP/ZNG/Cfm