Le Président Tshisekedi pour une Afrique qui mutualise ses forces

0
197

Kinshasa, 25 mai 2021 (ACP).- Le Président de la République et président de l’Union Africaine, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo,  a encouragé les peuples africains à mutualiser leurs forces et leurs forts potentiels  ressources naturelles pour  relever les défis qui engagent le sort de nos peuples,  notamment  sur le plan de l’éducation , de  la sécurité alimentaire, de la santé, des droits humains, de l’emploi, de l’alternance démocratique, de  l’environnement, de la valorisation de notre culture, de la  préservation de notre patrimoine, de  la promotion de la recherche scientifique et  de l’innovation comme fer de relance du développement.

Le Président Tshisekedi l’a indiqué mercredi à Kinshasa, dans son message à l’occasion du 58ème anniversaire de la création de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA), le 24 mai 1963 à Adis-Abeba, une organisation continentale devenue aujourd’hui « Union africaine ».

A cette occasion, le Président Tshisekedi  invite  les gouvernements du continent à  inscrire la gouvernance des Etats d’Afrique  dans le challenge renouvelé pour stimuler le développement de leurs pays.

  Il en est ainsi, a-t-il dit,  de la répartition équitable  des richesses,  de la lutte contre la corruption et le détournement  des  deniers publics  ainsi que l’évasion des capitaux, de l’arrêt des pillages des ressources naturelles, de la relance de l’économie africaine post-Covid  et de la fabrication  locale  de vaccin et autres produits  légaux.

«Nous voulons  résolument une Afrique où les armes se taisent, où les femmes et les enfants cessent d’être les premières victimes des violences», a martelé le Chef de l’Etat, ajoutant que  le continent  doit mutualiser ses ressources et passer à l’opérationnalisation de la Force africaine latente.

Une Afrique qui invertit dans le capital humain constituée majoritairement  des jeunes,  une Afrique qui redonne l’espoir à ses jeunes par une éducation de qualité,  performante et  accessible au plus grand nombre de  garçons et filles, a-t-il poursuivi.

Il a salué, en outre,  le fait que l’UA s’est dotée d’un instrument stratégique et d’un prospectus  fondamental incontournable : « l’Agenda 2063, l’Afrique de nouveau », un instrument devant lui permettre de faire face à tous ces défis.

De « L’Agenda 2063 »… 

«L’Agenda 2063»  est, selon lui, un outil d’impulsion qui constitue un instrument stratégique et prospectif où se retrouvent tous les peuples d’Afrique  et ceux des diasporas, unis dans la diversité,  jeunes et vieux, filles et garçons  de toute couche de la société.

«Nous nous engageons pour une Afrique intégrée, prospère et pacifique, dirigée par ses propres citoyens représentant une force dynamique sur la scène mondiale. Nous voulons  résolument une Afrique où les armes se taisent, où les femmes et les enfants cessent d’être les premières victimes de violences. », a martelé le Président Félix Tshisekedi.

Auparavant, le Chef de l’Etat a salué la pertinence de la vision panafricaniste ayant conduit, le 25 mai 1963 à  Addis- Abeba, la création de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA), avant de ressentir une fierté légitime et une profonde admiration pour les Pères fondateurs qui, avec détermination et lucidité, ont donné un corps à « cette architecture  continentale symbole d’une Afrique unie et forte.» ACP/Manzenza