L’entrepreneuriat de la femme se confirme par sa stabilité et son épargne, selon Mme Djimbo

0
246

Kinshasa, 25 mai 2021 (ACP).- L’entrepreneuriat féminin se confirme par sa stabilité et son épargne à la banque, a indiqué Mme Charlotte Djimbo, coordonnatrice de fonds de renforcement des activités d’auto nomination des femmes à l’occasion d’un forum à Kimbanseke sur le thème : «l’apport de l’entrepreneuriat féminin dans la vie économique domestique à Kinshasa».

Ce forum a été organisé par la Nouvelle chambre des métiers (NCM) en partenariat avec la Fondation Hanns Seidel (FHS), a précisé Mme Djimbo, qui est intervenue sur le sous-thème :  comment accompagner les femmes à développer leurs micros entreprises en vue de contribuer efficacement à la vie économique domestique».

Au cours de son intervention, Mme Djimbo a exhorté les femmes présentes à ce forum au regroupement d’intérêt économique et de se faire accompagner.

Le secrétaire général de la Nouvelle chambre des métiers, Daniel Biyanga, a démontré comment les activités économiques féminines contribuent efficacement dans l’économie de foyers à Kinshasa après la crise économique et sociale que traverse  la RDC après  les pillages de triste mémoire et de guerres injustes qui y sévissent. Beaucoup de foyers  sont sous la responsabilité des femmes, a-t-il souligné.

Pour lui, l’objectif de ce forum est de sensibiliser la femme sur le rôle qu’elle joue à travers les activités génératrices des recettes (AGR) dans l’économie domestique; démontrer comment l’entrepreneuriat féminin est un véritable moteur de croissance de la vie au ménage et contribuer à l’amélioration du foyer.

M. Patrick Ntudi, de l’association des agriculteurs, pêcheurs et éleveurs du Congo (AAPEC), a planché sur des obstacles de l’entrepreneuriat féminin dû à l’idée psychologique relative au manque de confiance de ce que la femme fait et d’ordre socio-culturel par préjugé ainsi que des contraintes administratives dues au manque des documents.

La présidente de Rassemblement des ministres et serviteurs de Dieu pour le perfectionnement et édification (RAMISPED), Philomène Kimfuta, qui est intervenue sur le sous-thème : «l’entrepreneuriat féminin, une stratégie alternative de lutte contre la pauvreté», a démontré les conséquences de la pauvreté, citant entre autres la prostitution pour les filles, la délinquance juvénile pour les garçons (Kuluna), les divorces. Pour lutter contre la pauvreté, elle a exhorté les participants à apprendre un métier pour l’auto nomination. ACP/Fng/ODM/Fmb