Implication des décideurs politiques de Mai-Ndombe dans le choix des zones d’intérêt pour le développement de la foresterie communautaire

0
344

Kinshasa, 27 mai 2021 (ACP). –  Le Projet du Financement additionnel (FEM) veut impliquer les décideurs politiques, les leaders d’opinion ainsi que les communautés de la province du Mai-Ndombe, dans le processus d’identification et de choix des zones d’intérêt devant permettre le développement de la foresterie communautaire.

Le rapporteur de cet atelier tenu dans la salle Episcopale diocésaine, en date du lundi  24 mai de l’année en cours, dans la ville de Inongo, en province du Mai-Ndombe, Me Gertrude Nkiere Monkango, l’a indiqué à travers un compte rendu de cette séance provinciale d’information sur l’identification des zones d’intérêt susceptibles d’être converties en Concession forestière des communautés locales (CFCL).

Cet atelier appuyé par le gouverneur de cette province, qui a été représenté par le ministre provincial de l’Intérieur, a connu la participation de plus de 25 personnes, dont plusieurs personnalités et notabilités provinciales, ainsi que les peuples autochtones pygmées (PAP).

Il est important de préciser que la relation entre le Projet intégré de la réduction des émissions de gaz à effet de serre dues à la déforestation et à la dégradation des forets (PIREDD) et FA–FEM est que ce dernier vient en appui au Projet  PIREDD.  Le projet FEM comprend différents axes entre autres la conservation de la biodiversité dans les sites de haute valeur de conservation. Il va chercher à veiller à l’endémisme des espèces nécessitant une protection, à la protection des habitats des espèces à protéger, aux services écosystémiques à l’échelle des bassins versants pour éviter l’assèchement des cours d’eau et aux valeurs  culturelles voire le savoir endogène et les sites sacrés.

Quant à un autre axe, il consiste à la mise en place des CFCL. Il comprend l’identification des sites appropriés pour les CFCL, tout en tenant compte de certains critères notamment l’abondance des peuples autochtones, la pression sur les forêts, la démographie et l’accessibilité.

D’autres axes stratégiques concernent l’appui aux activités REDD+ et aux micro-projets des peuples autochtones, note-t-on.ACP/GGK/MNI