Le Président Félix Antoine Tshisekedi engagé dans la riposte humanitaire dans la partie Est de la RDC

0
394

Kinshasa, 27 mai 2021 (ACP).- Jamais une semaine n’aura été tragiquement riche en événements, particulièrement dans la partie Est de la République démocratique du Congo. A Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, l’éruption du volcan de Nyiragongo samedi 22 mai, suivie des mouvements sismiques, le vaste champ des maisons incendiées, le mouvement de panique quasi permanent au sein de la population,  occupent le devant de l’actualité nationale et internationale.

Et comme si cela ne suffisait pas, nous en sommes à l’évacuation de certains quartiers de Goma sur ordre du Gouverneur militaire pour épargner la population «en prévision d’éventuelle catastrophe et en accord avec les scientifiques volcanologues.»

Le Chef de l’Etat saisi déjà de la situation depuis l’Europe où il se trouvait en séjour de travail, au nom de l’Union africaine dont il assure la présidence, a donné des instructions précises au gouvernement de la République pour une action de choc sur terrain.

 «Nous sommes là pour remettre un lot important en médicaments et en aliments pour soutenir les personnes devenues vulnérables et déplacées à l’issue de l’éruption volcanique du 22 mai», a indiqué le chef de la délégation gouvernementale dépêchée par le Chef de l’Etat et le Premier ministre.

Cette forte délégation est descendue pour une  assistance  aux victimes et le renforcement des capacités de  l’ «Observatoire volcanique de Goma (OVG) en vue de la poursuite de la surveillance du volcan. Premier résultat : cette structure appuyée par le gouvernement a réussi à  prévenir que  compte tenu des observations scientifiques, on ne peut actuellement exclure une éruption à terre ou sous le lac Kivu». Cela a permis d’évacuer les zones d’habitations les plus exposées. La situation est donc sous contrôle.

De la capitale, le Président de la république suit toute la situation à la loupe. L’évacuation se fait  sans précipitation,  avec l’encadrement des humanitaires et des moyens de transport disponibilisés par les autorités provinciales, sous l’œil vigilant des ministres nationaux en permanence à Goma.

Du coup, l’ouverture diplomatique remise sur les rails par le Président de la république Félix Antoine Tshisekedi pousse les pays amis à venir au chevet des sinistrés de Goma.

Le ballet diplomatique à la primature cette semaine démontre le retour de la solidarité internationale. Les ambassadeurs des pays amis échangent, depuis mercredi, avec le Premier ministre Sama Lukonde Kyenge pour exprimer leur solidarité et appuyer le gouvernement dans la prise en charge des sinistrés de Goma.

On a noté notamment le passage de la MONUSCO, de l’Union européenne, des ambassadeurs de France, de Suède et de la République populaire démocratique de Corée. Et ils ne manqueront d’être suivis par tant d’autres. ACP/Mat/May