L’UNILU recommande l’organisation des états généraux sur les risques naturels en RDC

0
374

Kinshasa, 27 mai 2021 (ACP).– Le département de Géologie de la faculté des Sciences de l’Université de Lubumbashi (UNILU) a recommandé aux services compétents du secteur de la recherche scientifique et autres ministères sectoriels, d’organiser dans un bref délai les états généraux sur les risques naturels en RDC afin que les Congolais comprennent des phénomènes comme l’éruption volcanique.

Au cours d’une rencontre scientifique mercredi, autour de la question sur l’éruption volcanique,  le chef du département de Géologie à l’UNILU, le Pr. François Lubala, a recommandé l’organisation, sans délai, des états généraux sur les risques naturels en RDC.

«Nous préconisons l’organisation dans un bref délai, sous le haut patronage du président de la République, des états généraux sur l’identification, la prévision et la prévention des risques naturels en RDC », a écrit ce scientifique.

Il pense que ces états généraux devraient conduire à la création d’une structure scientifique et technique nationale placée sous la tutelle de la présidence de la République, avec des antennes opérationnelles dans les différentes provinces de la RDC.

Le département de Géologie de l’UNILU pense qu’avec ce qui s’est passé dans la ville de Goma au Nord-Kivu avec l’éruption volcan Nyiragongo, il est temps de passer à la restructuration en profondeur, au  niveau scientifique, technique,  organisationnel et fonctionnel de l’Observatoire volcanologique de Goma (OVG).

Le Pr François Lubala a par ailleurs, insisté sur la nécessité, pour l’OVG, de travailler étroitement en collaboration avec les institutions universitaires qui disposent d’une large expérience et savoir-faire dans le domaine volcanologique.

Le chef de département de Géologie de l’UNILU estime que l’OVG devrait bénéficier de la part du gouvernement central des fonds d’investissement inscrits annuellement au budget du ministère de la recherche scientifique et innovation technologique.

Il a recommande également des synergies entre l’OVG et les services spécialisés d’autres ministères sectoriels.

Pour les scientifiques de ce département, l’élément déclencheur principal de la récente éruption de Nyiragongo serait une réalimentation de sa chambre magmatique superficielle située à environ 5 km de profondeur par des magmas frais provenant du manteau ou en transit dans une chambre magmatique profonde, produisant des perturbations physico-chimiques en son sein.

Les deux précédentes éruptions volcaniques se sont produites dans la ville de Goma respectivement en 1977 et 2002, rappelle-t-on. ACP/Zng/GGK