27% des femmes au gouvernement de la RDC, une avancée vers  l’atteinte de la parité Par Evelyne LUYELO

0
811

Le gouvernement actuel est le premier à avoir un nombre élevé des femmes. Il compte en son sein 56 personnes dont 15 femmes. Ce qui représente 27% des femmes. Des voix s’élèvent pour saluer cette avancée dans la représentativité des femmes.  En effet, la constitution de la République démocratique du Congo consacre la parité dans les institutions, mais un quota de 30% été négocié pour permettre d’arriver progressivement à l’atteinte de la parité dans les institutions de la République.  Certaines femmes se réjouissent de cette avancée et d’autres pensent que la loi n’a pas été respectée.

« C’est une avancée que nous saluons car c’est le premier Président qui a tenu compte de la représentativité des femmes. Partir de 17 à 27 pourcent est une avancée vraiment à noter », s’est réjouie Mme Mimie Mupunga, membre du Cadre permanent de la femme congolaise, CAFCO.

Mme Marie-Claire Asumani, secrétaire générale du parti politique Le démocrate se dit satisfaite, elle et les femmes à la base, de l’amélioration de la  représentativité qui est passée de 17 à 27% pour le gouvernement. Mais le combat demeure celui d’obtenir les 50%  reconnus aux femmes par la constitution et dans toutes les instances de prise de décision. Elle a souligné également le désir d’aller au-delà de 50% pour changer la situation de la RDC. Elle salue la volonté manifestée par le Chef de l’Etat et le Premier ministre Sama Lukonde  de se mettre sur le chemin de la mise en application des textes légaux de la RDC. Elle conseille à Mme Rose Mutombo,  ministre de la Justice et garde des sceaux,  qui était son responsable au sein de CAFCO, de se batte pour le réajustement du budget alloué à son ministère afin d’améliorer les conditions carcérales des femmes détenues.

Alidou Ngapna, membre du Bureau conjoint des Nations-Unies pour les droits de l’homme (BCNUDH) note  un saut qualitatif mais insuffisant car le Président de la République a pris l’engagement de la parité à trente pourcent. Pour lui, c’est un message important étant donné la qualité des portefeuilles confiés aux femmes comme la justice et l’environnement, les mines, l’éducation et autres.

Pour sa part,  Mme Annie Bambe activiste des droits humains, coordonnatrice de la coalition Beijing+25 et membre de l’organisation « Rien sans les femmes »,  a aussi salué la volonté politique tout en précisant que celle-ci  ne doit pas se limiter à ce niveau ;  car la parité  est un droit qui doit être appliqué sans négociation. Elle fait savoir que les femmes ne vont pas baisser les bras jusqu’à ce que l’objectif  d’atteindre 50% de parité dans toutes les institutions soit atteint.

Les femmes du Nord Kivu félicitent le Chef de l’Etat pour avoir exigé aux responsables des partis politiques des listes intégrant  les noms des femmes.

Ces dernières remercient tous les responsables des partis politiques pour avoir compris le sens de la participation des femmes à la gestion de la chose publique.

Pour certaines personnes  interrogées, le fait que des portefeuilles importants aient été confiés aux femmes doit pousser ces dernières à faire de leur mieux pour être  meilleures et  prouver qu’elles sont efficaces et indispensables. De cette manière, lors des nominations dans le prochain gouvernement ou dans les entreprises publiques et ailleurs, on fera davantage appel aux femmes compétentes.

Une des astuces pour atteindre la parité est, selon Mme Marie Claire Asumani, que les femmes nommées au gouvernement fassent  preuve de compétence dans l’exercice de leur mission, et soient au service de la nation et  de leurs partis politiques.

Elle recommande en outre  aux parents de s’impliquer dans l’accès et l’instruction des jeunes filles en leur  apprenant leurs droits et devoirs. Toutes les personnes rencontrées sont unanimes : les femmes de la société civile doivent adhérer aux  partis politiques pour avoir  plus d’opportunités à participer à la gestion de la chose publique. Elles exhortent également les autorités gouvernementales à pérenniser les avancées dans la promotion du genre. ACp/