Haut Katanga : peine de sept jours de prison aux parents qui ne déclarent pas un enfant à l’État civile

0
298

Lubumbashi, 28 mai 2011 (ACP).- Tout parent qui ne déclare pas la naissance d’un ‘enfant à l’État civile, doit encourir une peine de 7 jours et payer les amandes pour le jugement supplétif au tribunal pour enfant selon la loi. Cette déclaration a été faite jeudi par Mme Farhi Cibalonza Joséphine, coordinatrice de l’Etat-civil de la ville de Lubumbashi lors d’une interview accordée à l’ACP.

Elle a indiqué que la naissance d’un ‘enfant doit être déclarée par le père ou la mère à défaut par des proches parents auprès de l’officier de l’État civile  avant que l’enfant n’ait accomplit 90 jours de vie car a-t-elle dit cet enregistrement permet au gouvernement congolais de connaître les statistiques de la population avant de planifier la construction d’une école au hôpital pour le développement socio- économique de la nation.

Pour  Mme Farhi Cibalonza, l’enregistrement et la délivrance de l’acte de naissance se font gratuitement  si le délai de 90 jours est respecté, avant d’ajouter qu’il faut présenter le certificat de naissance ou le procès-verbal du chef de quartier pour une naissance à domicile.

Elle a, à cette occasion, invité les parents à remplir leur devoir pour donner la chance à l’enfant de connaître ses parents et d’avoir droit à la succession. La coordination urbaine de l’État civile et population procède  à la récolte des certificats de naissance dans des hôpitaux et centres de santé par le biais des agents appelés itinérants dans le but de faciliter aux parents à l’enregistrement de leurs enfants dans le délai au regard des négligences constatées dans leur chef. ACp/Fng/nig