La jeunesse congolaise appelée à contribuer activement dans le processus de la paix en RDC

0
581

Kinshasa, 29 mai 2021 (ACP).- Le chef du bureau de la lutte contre la criminalité organisée de la MONUSCO, Aymen Karoui a appelé, Jeudi dans la grande salle de l’Institut supérieur pédagogique (ISP)/GOMBE, la jeunesse congolaise à contribuer de manière active dans le processus du rétablissement de la paix, en ayant des liens directs avec les forces de sécurité locales, notamment la Police nationale congolaise (PNC) afin d’éradiquer l’insécurité dans les villes et villages du pays.

M. Karoui qui s’exprimait en marge de la journée internationale des Casques bleus célébrée le 29 mai de chaque année, a expliqué aux étudiants de cet alma mater le rôle essentiel que joue la police des Nations-Unies en RDC. «C’est une très bonne occasion pour moi d’interagir avec les étudiants de l’ISP/GOMBE sur les différentes questions en relation avec la MONUSCO. Nous sommes ici spécialement pour la restauration de la paix et la sécurité dans les zones rouges et celles en conflits. Outre cet aspect, la police des Nations-Unies renforce en capacité la police judiciaire mais aussi scientifique en matière des droits de l’homme, et le rétablissement de la sécurité publique ainsi que sur l’état de droit», a-t-il souligné, avant d’inviter les participants à lutter d’une part, contre l’intox émanant des réseaux sociaux, et d’autre part, contre l’affiliation des jeunes aux groupes armés.

Prenant part à cette activité, le directeur rapporteur du secrétariat technique national de la mise en œuvre de la Résolution 2250 du ministère de la Jeunesse, Eddy Yav a exhorté cette assemblée sur la Résolution 2250 qui est l’unique instrument permettant aux jeunes de porter haut et fort l’étendard en matière de  paix et  sécurité. « La Résolution 2250 est un instrument qui vous donne l’obligation de participer au pouvoir public en étant soit pour le compte du législatif ou celui de exécutif. Cet instrument a 5 piliers majeurs à savoir, la protection, la participation, la prévention, le partenariat et l’engagement. Étant jeunes, ne nous limitons pas seulement à demander mais plutôt nous sommes appelés tous à mener des actions concrètes en vue de se faire considérer par nos aînés pour ainsi continuer à occuper les postes de décisions », a-t-il conclu.

Une initiative saluée par les participants

Serge Bosinga, étudiant en Math info, a par ailleurs salué cette initiative prise par la Radio Okapi en organisant une conférence-débat avec les étudiants sur le travail de terrain des casques bleus en RDC.

Il a, d’une part invité ses collègues à renforcer une collaboration étroite avec  la police onusienne pour aboutir à la construction de la paix durable en RDC, et d’autre part, appelé cette dernière à remplir sa mission qui consiste à assurer la protection des civils et soutenir les forces de sécurité locale.

Il sied de rappeler que la Journée internationale des Casques bleus est un évènement crée en décembre 2002 par l’assemblée générale des Nations unies. Cette Journée rend hommage au personnel civil, policier et militaire pour sa contribution inestimable au travail de l’ONU.

Sur le plan national, le thème retenu pour cette année est: « la voie vers une paix durable : mobiliser le pouvoir de la jeunesse en faveur de la paix et de la sécurité ». ACP/C.Lutete/Fmb