Les FARDC et la PNC invitées à assumer leurs responsabilités familiales 

0
245

Kinshasa, 30 mai 2021 (ACP).- La ministre du Genre, famille et enfants,  Gisèle Ndaya Luseba a invité les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et de la Police nationale policière (PNC) à assumer leur responsabilité familiale à travers l’éducation permanente de leurs enfants.

La ministre Gisèle Ndaya leur a adressé cette invitation au cours d’une série des visites qu’elle a effectuée, samedi et dimanche dans les camps Badiadingi et Lieutenant-colonel Kokolo, en marge de la clôture des activités de la Journée internationale de la famille.

«Les enfants constituent la première richesse que Dieu a donnée à l’homme et la femme après leur union conjugale, raison pour laquelle, les parents sont appelés à remplir loyalement leurs devoirs familiaux comme ils le font vis-à-vis de l’Etat congolais en le servant sous le drapeau», a dit la ministre Ndaya Luseba, qui a exhorté ses interlocuteurs à la valorisation des droits des enfants dans les camps militaires.

Auparavant, le colonel Samuel Tem Muanda Nyati, commandant du Camp Kokolo, a remercié la ministre du Genre pour le choix opéré sur ce camp, l’un des plus vastes de la RDC étendu sur une superficie de 6 km de long et 4 km de large.

Il a plaidé pour que Mme Gisèle NDaya soit l’interlocutrice des femmes et épouses militaires auprès du gouvernement de la République en vue de la prise en compte de cahier des charges des FARDC et de la PNC sur tous les plans nécessitant l’intervention de l’autorité publique compétente.

Le colonel Samuel Tem Muanda a épinglé plusieurs difficultés  auxquelles les habitants de ce camp militaire font face, à savoir, la précarité des conditions de vie de 2.474 militaires blessés de guerre, des veuves et des orphelins des militaires tombés sur le champ de bataille qui vivent dans ce lieu, le chômage et la délinquance juvénile, le manque des centres des rattrapage et de formation professionnelle des jeunes étant d’une importance à ne pas démontrer ainsi que la prise en charge de cette catégorie des personnes vulnérables.

Sur le plan infrastructurel, les responsables de ces deux camps militaires en ont appelé à l’implication du gouvernement de la République pour la modernisation des maisons d’habitation et autres locaux de services datant de l’époque coloniale, l’accès facile à l’eau potable et à l’électricité, la construction des installations sanitaires en vue d’éviter la propagation des maladies des mains sales et celles d’origine hydrique, etc. ACP/