Nigeria : libération des étudiants d’une université de Kaduna

0
426

Kinshasa, 30 mai 2021 (ACP).- Quatorze étudiants de l’université « Greenfield » du Nord-ouest du Nigeria ont été libérés samedi par leurs ravisseurs après 40 jours de captivité, ont rapporté dimanche, les médias internationaux.

Les sources indiquent que la libération de ces désormais ex-otages a été confirmée par Mohamed Jalige, le porte-parole de la police nigériane. « Ils ont été abandonnés à l’extérieur de la ville, le long de la voie rapide Kaduna-Abuja« , dans le centre du Nigeria a-t-il déclaré. Difficile de savoir si cette remise en liberté a été obtenue contre le paiement d’une rançon, notent les sources.

Le porte-parole de la police n’ayant pas fourni de détails y relatifs. Au-delà de cette interrogation, le plus important reste la fin du calvaire pour les familles. Des proches qui ont attendu 40 jours avant de revoir ces jeunes étudiants kidnappés le 20 avril.

Mais tous n’ont pas eu la même chance. Cinq d’entre eux ont été tués par les ravisseurs afin de contraindre les autorités nigérianes à mettre la main à la poche. Alors que lors de leur enlèvement, un membre du staff administratif de l’université avait perdu la vie.

Cet enlèvement est le 5e enregistré dans l’Etat de Kaduna, en l’espace de 5 mois. Des hommes armés qualifiés de ‘’ bandits’’ par les autorités ont trouvé leur gagne-pain : le kidnapping des écoliers. La rançon versée pour la libération des otages nourrit leur business. Depuis décembre de l’année dernière en effet, 730 enfants et étudiants ont été enlevés dans le pays.

Pour tenter de décourager ceux qu’il qualifie de bandits, le Président nigérian avait décidé de jouer la carte de la fermeté, en refusant de verser les rançons demandées. Reste à savoir si au-delà de ce discours officiel, Buhari ne change pas de position, la pression des chefs religieux et des familles faisant souvent foi. ACP/CL/May