Gouvernement-pétroliers pour le strict respect du prix du carburant à la pompe

0
315

Kinshasa, 2 juin 2021 (ACP).- Le ministre de l’Economie nationale, Jean-Marie Kalumba, avec ses collègues des Finances, Nicolas Kazadi, et celui des Hydrocarbures,  Didier Budimbu, ont échangé mardi à Kinshasa avec une délégation de la profession pétrolière en RDC sur les possibilités d’assurer le strict  respect  du prix de carburant à la pompe,  a appris mercredi l’ACP de ce ministère.

Selon la source, la délégation de la profession pétrolière était conduite par le président de la Commission nationale des pétroliers à la Fédération des entreprises du Congo (FEC) auprès du ministre de l’Economie pour une réunion de prise de contact à laquelle étaient associés ses collègues ministres.

Il s’agissait, a-t-il souligné, des échanges dans un contexte économique difficile et aggravé par la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Cette dernière a nécessité un rappel à ses hôtes du secteur pétrolier, le rôle déterminant qu’ils sont appelés à jouer dans la relance et la stabilisation de l’économie nationale ce, en considérant le caractère stratégique des produits pétroliers. Le ministre Jean-Marie Kalumba a relevé également qu’il y a nécessité d’une gestion transparente et concertée des problématiques liées au secteur pétrolier.

« En ce qui concerne ma vision, elle s’articule principalement autour du renforcement de la transparence et l’esprit de concertation dans la gestion des problèmes liés au secteur pétrolier. Des engagements ont déjà été pris dans ce sens, dans le cadre de la préparation du programme triennal que le gouvernement va conclure avec le Fonds monétaire international pour la mise en œuvre des réformes nécessaires », a déclaré le ministre de l’Economie nationale.

Dans ce cadre, il a rassuré les pétroliers de l’accompagnement du gouvernement dans l’exercice de leurs activités dans le strict respect de la réglementation en vigueur et pour promouvoir l’économie nationale.

Cependant, le gouvernement souhaite apporter aux partenaires pétroliers tout son accompagnement à l’épanouissement de leurs activités, dans le strict respect de la réglementation en vigueur et pour le plus grand bien de notre économie, a dit le ministre de l’Economie.

Le gouvernement pour la préservation de la stabilité macroéconomique

Par ailleurs, le ministre Kalumba a fait savoir à ses hôtes que le gouvernement, à travers les ministères des Finances et Hydrocarbures et celui de l’Économie nationale sont, en effet, au cœur des efforts déployés pour préserver la stabilité macroéconomique nécessaire pour le maintien des équilibres fondamentaux de votre secteur.

« D’ores et déjà, sachez que les questions liées à la mise à jour des paramètres de la structure des prix des produits pétroliers, à l’apurement des créances issues des pertes et manques à gagner du fait de la non-actualisation de ces paramètres, ainsi que celle de l’approvisionnement du pays en produits pétroliers, sont les priorités auxquelles nous allons tous ensemble apporter des solutions concertées », a promis le ministre de l’Economie nationale.

De leur côté, les représentants des pétroliers ont soumis  quelques préoccupations au ministre, concernant notamment certains paramètres en rapport avec la structure des prix. Ils ont relevé qu’il y a une évolution de certains paramètres, particulièrement le prix sur le marché international, précisant qu’entre la dernière structure des prix qui a été publiée et les prix à l’importation aujourd’hui, une différence d’environ 40%  met les sociétés pétrolières en difficulté de réapprovisionner les stocks.

Les solutions tant souhaitées ne visent pas forcément la révision à la hausse des produits pétroliers à la pompe, a précisé Georges Mukuna, président de la commission nationale des pétroliers à la FEC. Il a laissé entendre qu’il s’agissait des échanges, étant donné que le ministre de l’économie est Président du Comité de suivi des prix pétroliers et qu’à ce titre, il existe un cadre d’échanges, de communication où nous nous parlons.

Des échanges techniques vont encore se poursuivre d’ici la fin de la semaine entre les deux parties, à savoir, le gouvernement de la République et les pétroliers, afin de parvenir à un compromis qui n’aura pas d’impact négatif sur la population congolaise, signale-t-on. ACP/ODM/Awa