Près de 6000 personnes fuient des attaques contre des sites de déplacés dans l’Est de la RDC, selon le HCR

0
200

Kinshasa, 04 juin 2021 (ACP).- Près de six mille (6000) personnes ont fuit suites à des attaques brutales contre des sites de déplacés dans l’Est de la RDC, indique l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), dans un communiqué parvenu vendredi, à l’ACP.

Selon le document, ces attaques meurtrières menées par le groupe armé « Forces démocratiques alliées » (FDA) ont forcé quelque 5800 personnes à fuir plusieurs sites de déplacés dans la province d’Ituri, dans l’Est de la République démocratique du Congo.

Le porte-parole du HCR, Babar Baloch a, lors de la conférence de presse du 04 juin 2021 au Palais des Nations à Genève, fait savoir que des familles congolaises ont trouvé abri dans l’enceinte d’une église utilisée en tant que site temporaire de déplacés internes à Drodro, en Ituri. « Le 31 mai, les FDA ont attaqué simultanément des sites de déplacés et des villages près des villes de Boga et Tchabi, tuant 57 civils, dont sept enfants, qui ont été abattus et attaqués à la machette. Plusieurs autres ont été blessés, 25 personnes ont été enlevées et plus de 70 abris et magasins ont été incendiés », précise la source.

Le communiqué souligne également que dans la seule ville de Boga, 31 femmes, enfants et hommes ont été tués. Les membres des familles endeuillées ont déclaré aux partenaires du HCR que plusieurs de leurs proches ont été brûlés vifs dans leurs maisons.

Le HCR s’indigne de la dernière attaque et d’atrocités commises par des groupes armés dans l’est de la RDC

Par ailleurs, le porte-parole du HCR, Babar Baloch, s’est indigné de la toute dernière attaque et d’une série d’atrocités commises par des groupes armés dans l’est de la RDC.  « Nous appelons à améliorer d’urgence la situation de sécurité dans la région afin de protéger la vie des civils, dont beaucoup ont été attaqués et contraints de fuir à plusieurs reprises, et nous réitérons notre appel à toutes les parties pour qu’elles respectent le caractère humanitaire des sites de déplacés », ajoute le document.

Craignant de nouvelles attaques, Babar Baloch a indiqué que des milliers de personnes ont fui Boga en quête de sécurité vers plusieurs localités situées à proximité, avec peu ou pas d’effets personnels, à part les vêtements portés ce jour-là. Alors que, a-t-il informé, des personnes devaient encore dormir dans la brousse en plein air, la plupart des déplacés ont été accueillis par des familles d’accueil démunies, qui sont déjà aux prises avec des ressources limitées. D’autres ont trouvé refuge dans des églises surpeuplées, a-t-il poursuivi.

Pour lui, l’insécurité dans la région affecte également le travail humanitaire.  « Les centres de santé ont été contraints de suspendre temporairement leurs activités et d’évacuer leur personnel vers Bunia, la capitale de l’Ituri. Le bureau de l’une des organisations humanitaires partenaires du HCR a été pillé, laissant des milliers de personnes sans aide vitale », a-t-l indiqué.

Selon Babar Baloch, les équipes du HCR sont actuellement sur le terrain pour évaluer les besoins des personnes déplacées et de la communauté d’accueil. Il a fait remarquer que plus de cinq millions de personnes ont été déracinées par l’insécurité et les violences en RDC. Dans la seule province d’Ituri, 1,7 million de personnes sont déplacées, a noté Babar Baloch.

Parallèlement, l’appel de fonds lancé par le HCR d’un montant de 204,8 millions de dollars Us pour la RDC en 2021 n’est financé qu’à hauteur de 18%, a-t-il conclu. ACP/Fng/nig