La jeunesse non encadrée, source de l’insécurité au Sud-Kivu

0
500

Bukavu, 05 Juin 2021 (ACP).- La présidente provinciale de la jeunesse au Sud-Kivu, Joella Sambo, dans une interview accordée ce samedi à l’ACP,  parle du non encadrement de la jeunesse comme autre source de l’insécurité dans la province.

Notre source  indique que des jeunes désœuvrés sont à la base d’un banditisme urbano-rural faute d’un encadrement adéquat par l’Etat via ses services techniques. Elle parle du chômage des jeunes comme un fléau qui bloque non seulement l’épanouissement de la jeunesse mais aussi la stabilité et le développement du pays.

Pour Joella Sambo, les jeunes qui terminent les études n’ont pas de travail par le fait que l’Etat n’envoie pas les personnes en âge avancé à la retraite pour laisser la place aux jeunes. Les jeunes qui essaient de se lancer dans des business et autres activités se butent à la sur-taxation et à l’insécurité.

La présidente de la jeunesse au Sud-Kivu dit que  la porte facile pour trouver l’argent à ces jeunes reste le recours aux armés après la prise des drogues et des boissons fortement alcoolisées; d’où son appel à l’Etat de créer de l’emploi et d’octroyer de la subvention aux jeunes pour des activités de développement.

Le ministre de l’intérieur et sécurité au Sud-Kivu, Lwabanji Lwasi Ngabo, reconnait cette «triste réalité» en province et parle d’une question sur la table des autorités.

Il a profité de l’occasion pour rappeler aux congolais la notion du patriotisme et de condamner des citoyens congolais qui, dans leur hôtel, magasin, bars, restaurants, plantations, usines, préfèrent engager des étrangers au détriment des nationaux. ACP/Zng/C.Lutete/Fmb