Appel à la conscience collective et individuelle face à la dégradation de l’écosystème

0
248

Kinshasa, 07 Juin 2021(ACP).- La vice-Première ministre en charge de l’Environnement et du développement durable, Eve Bazaiba et les partenaires œuvrant dans ce secteur, ont appelé, dimanche, la population congolaise à la conscience collective et individuelle face à la dégradation de l’écosystème et du danger que cela comporte pour toute l’humanité.

Elle a lancé cet appel en marge de la Journée mondiale de l’environnement célébrée dans les sites du campus de l’Université de Kinshasa (UNIKIN)  dans la commune de Lemba, et de l’Institut Bobokoli, à Binza-Delvaux dans la commune de Ngaliema.

Dans leurs différents discours et allocutions, toutes les personnalités notamment le secrétaire général académique de l’UNIKIN et la Commissaire générale en charge de l’Environnement pour la ville de Kinshasa ont réitéré cet appel à la conscience collective et individuelle pour le reboisement.

Pour Mme Eve Bazaiba, sa présence dans ces sites a marqué la détermination du gouvernement à accompagner les initiatives de préservation de l’écosystème.

Au-delà des discours, Eve Bazaiba et toutes les autorités qui ont pris part à ces activités, ont planté des arbres en vue de prêcher par l’exemple.

Cette Journée a été également l’occasion pour la vice-Première ministre de rappeler que la RDC devra bénéficier de l’appui de la communauté internationale pour son action en faveur des écosystèmes et du climat.

« En tant que gardienne du potentiel environnemental, la RDC devra donc bénéficier de l’attention du monde pour garantir à sa population le droit de jouir de toutes ces potentialités. Il s’agit du droit à une compensation équitable au regard de sa responsabilité à la gestion rationnelle des ressources environnementales notamment, la faune, la flore, la biodiversité, y compris la biomasse », a souligné Mme Eve Bazaïba.

Il nous faut tous ensemble, a-t-elle dit, prendre l’engagement pour que le peuple congolais vive la réalité de ses potentialités.

Pour Mme Bazaïba, il est grand temps pour que toutes les discussions soient formalisées en RDC, car, le Congo a compris sa responsabilité pour sauver l’humanité et faire face au changement climatique.

Elle a ainsi réitéré son appel à l’accompagnement de la vision du Chef de l’Etat dans son programme visant à planter un milliard d’arbres, d’ici 2023.

ACP/