La coopération bilatérale entre la RDC et la Belgique examinée au ministère de la Justice

0
217

Kinshasa, 08 juin 2021(ACP).-La ministre d’État, en charge de la Justice, Rose Mutombo a examiné, mardi dans son cabinet de travail, avec l’ambassadeur du Royaume de Belgique en RDC, Joe Indekeu, des questions relatives à la coopération bilatérale entre la République démocratique du Congo et son pays.

Il a fait savoir qu’ ils ont évoqué ensemble la coopération bilatérale entre les deux pays qui ont une histoire commune, non seulement en matière d’histoire, mais en matière de fonctionnement de la justice, soutenant que c’est la coopération bilatérale qui a permis la mise en place du Conseil supérieur de la magistrature et le Haut conseil de la justice ».

Il a, par ailleurs indiqué qu’ils ont également parlé d’autres dossiers juridiques importants qui méritent l’attention de nos deux gouvernements, précisant que cette coopération concerne les dossiers judiciaires en matière pénale et civile.

« La Rdc a arrêté le dossier d’adoption des enfants, en espérant que nous pouvons la convaincre de rejoindre la Convention de La Haye afin de rendre cette adoption non seulement rapide, mais également comme un soubassement juridique, c’est-à-dire plus forte », a-t-il conclu.

Renforcement de la coopération entre l’UNODC et son ministère

 Par la suite, la ministre d’Etat Rose Mutombo a étudié le même jour, avec la Représentante de l’Agence des Nations unies,  Jeptum Bargoria, des voies et moyens pour renforcer la coopération entre l’Agence de Nations unies pour la prévention de crime et la Justice criminelle (UNODC) et le ministère de la Justice.

Jeptum Bargoria a déclaré, à cette occasion, que son agence travaille dans les domaines plus larges de la lutte contre la corruption et s’occupe de  toutes formes des matières illicites notamment,  le trafic des êtres humains et toute autre forme de criminalité, ajoutant que le ministère de la Justice est leur partenaire clé.

« Avec l’installation du nouveau gouvernement en RDC, nous entrevoyons un renforcement de coopération », a dit Jeptum Bargoria qui a indiqué, en outre, que   leur visite auprès de Mme la ministre, très sensibilisée et informée sur les activités que mène l’UNODC en RDC, était d’abord une visite de courtoisie.

Elle a, par ailleurs, affirmé que Mme la ministre a mentionné particulièrement la coopération entre l’UNODC et le ministère de la Justice, tout en manifestant que l’intérêt de cette coopération s’étende pour justement faire obstacle à des activités criminelles, de  corruption, de blanchiment d’argent et de trafic des êtres humains. L’UNODC n’est pas un acteur nouveau dans le système en RDC, a-t-elle dit, soutenant qu’elle travaille déjà depuis de longues années avec le pays.

« La contribution de notre agence a été au niveau stratégique mais il faut maintenant travailler sur le terrain pour que cette lutte soit à même d’avoir des résultats probants »,a-t-elle conclu.

Le programme d’accès à la justice au centre de l’entretien entre le Représentant résidant du PNUD et la ministre

 Par ailleurs, le programme d’accès à la justice, qui est un programme de lutte contre la corruption, a été au centre de l’entretien mardi entre la ministre d’Etat en charge de la Justice, Rose Mutombo et le représentant résident du Programme de Nations unies pour le développement (PNUD) en RDC, Dominic Sam.

 «  Nous avons eu l’opportunité d’effleurer des sujets d’intérêt commun, notamment le programme d’accès à la justice qui est un programme conjoint des Nations unies et le programme de lutte contre la corruption », a-t-il déclaré à l’issue de l’audience.

« Nous avons essayé de pousser un peu pour voir où est sa vision et ses priorités pour les intégrer dans notre programme. C’était une discussion très engagée et Mme le ministre d’Etat a une idée très claire de là où elle veut aller. Je me suis beaucoup réjoui des idées qu’elle a sorties dans le domaine qui la concerne, avec beaucoup d’attachement. Je pense que nous avons assez d’énergie autour d’elle qui va bien marcher pour le programme », a ajouté Dominic Sam.

L’accès à la justice pour tous les Congolais est un travail de longue haleine, a-t-il dit, affirmant qu’ils vont essayer d’appuyer les efforts du gouvernement à leur manière. ACP/GGK