L’UNICEF pour l’approvisionnement en eau d’environ 200.000 personnes à Goma

0
88

Kinshasa,  10 Juin 2021 (ACP).- Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) s’efforce de rétablir de toute urgence l’approvisionnement en eau de 200.000 personnes dont au moins 100.000 enfants dans la ville de Goma au Nord-Kivu, suite aux dégâts occasionnés par l’éruption volcanique sur les principales conduites d’eau et le réservoir de 5.000 m³, indique un communiqué de cette structure parvenu jeudi à l’ACP.

Selon M. In Hye Sung, spécialiste des urgences à l’UNICEF, rapporte le communiqué, sans accès à l’eau potable et à l’assainissement, les enfants ainsi que les familles sont exposés à un risque accru de maladies d’origine hydrique notamment l’épidémie de choléra. « Le choléra est particulièrement dangereux pour les très jeunes, les très vieux et les personnes sous-alimentées.

Une épidémie pourrait avoir des conséquences désastreuses pour les enfants, et les enfants de moins de 5 ans ont la plus forte incidence de choléra et plus susceptibles d’en mourir, il est donc essentiel que nous veillions à ce que les familles aient accès à de l’eau potable dès que possible », a-t-il déclaré.

La source précise que de nombreux habitants de Goma ont été contraints de fuir vers les villes voisines, soit parce que leurs maisons ont été détruites par la lave, soit parce que le gouvernement leur a conseillé de partir en raison de la possibilité d’une nouvelle éruption et de l’émission de gaz nocifs.

L’UNICEF travaille avec des partenaires tant nationaux qu’internationaux pour résoudre ce problème en aidant notamment la Regideso (Régie de distribution d’eau) à mettre en place une dérivation qui enverra l’eau de la station de pompage située près du lac Kivu dans une partie du système d’alimentation en eau.

Au total 8 quartiers ravitaillés en eau grâce à l’UNICEF

 Pa ailleurs, quinze jours après l’éruption volcanique, le nombre de quartiers privés d’eau dans cette entité municipale a été ramené de douze à quatre grâce à l’installation de la dérivation par l’UNICEF.  « Lorsque les travaux d’une deuxième dérivation seront terminés, seuls deux quartiers de la ville devraient être privés d’eau », lit-on dans le communiqué.

Dans le passé, rappelle la source, les épidémies de choléra avaient  commencé lorsque les habitants de Goma recueillaient de l’eau sale et contaminée du lac Kivu pour boire ou laver les casseroles. Ainsi l’UNICEF avait installé 15 stations de chloration d’urgence près du lac pour les personnes qui vont puiser l’eau, car « l’eau chlorée » est beaucoup plus sûre à boire, conclut le communiqué.

Il sied de rappeler que le 27 mai dernier le gouvernement provincial  avait ordonné l’évacuation des habitants du centre-ville de Goma,  actuellement l’autorité administrative vient d’autoriser le retour de ces derniers. ACP/Zng/GGK