Pour la mise en œuvre des mécanismes contre le travail des enfants

0
177
Abou Keita, approximately 5 years old, pans for gold at the Djikouloumba mine, near the Kankan region, in Guinea, April 27, 2008. (AP Photo/Rukmini Callimachi)

Kinshasa, 10 Juin 2021, (ACP).- L’Action contre la violation des droits des personnes vulnérables « ACVDP », souhaite voir le gouvernement de la République mettre en place des mécanismes efficaces pour mettre définitivement un terme à toutes les formes  de travail des enfants, a déclaré jeudi, le président de cette structure, Crispin Kobongolo, lors d’un entretien avec l’ACP.

Crispin Kobongolo, qui s’exprimait  en prélude de la célébration, le 12 juin prochain, de la «  journée mondiale de lutte contre le travail des enfants » a également émis le vœu de voir le pouvoir public réhabiliter les centres d’insertion de Nyangezi, au Sud-Kivu, et de Madimba dans le Kongo Central en vue d’assurer la formation professionnelle aux  jeunes gens.

Il a en outre recommandé aux décideurs publics d’envisager des mécanismes susceptibles d’éradiquer toutes les formes de travail des enfants qui engendrent des analphabètes et des semi-lettrés qu’il a qualifiés de « bombe à retardement ».

Après avoir salué l’initiative du gouvernement d’envoyer les jeunes délinquants communément appelés « kuluna » à Kaniama Kasese, dans le Haut-Lomami,  il a recommandé le respect strict des droits de ces enfants par leurs encadreurs.

Toutefois, il a déploré le nombre croissant des enfants victimes de l’intolérance, de l’exclusion sociale, de l’exploitation économique et sexuelle, avant d’annoncer une série d’actions de sensibilisation de différentes couches, en faveur des enfants abandonnés ou en rupture familiale. ACP/Zng/GGK