Les députés congolais appelés à sensibiliser à la mise en œuvre du programme de  restauration des écosystèmes dans leurs circonscriptions électorales

0
344

Kinshasa, 14 juin 2021(ACP).- La vice Première ministre (VPM) en charge de l’Environnement et Développement durable, Eve Bazaiba, a appelé samedi au Parc animalier de la N’Sele à Kinshasa, les députés à sensibiliser à la mise en œuvre du programme de restauration des  écosystèmes dans leurs différentes circonscriptions, conformément à la vision du Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi, de planter en RDC 1 milliard d’arbres d’ici 2023.

Mme la vice Première ministre Eve Bazaiba qui s’exprimait dans le cadre de la poursuite des activités liées au lancement le 05 juin dernier de la décennie de la restauration des écosystèmes, s’est dite convaincue qu’à quelques jours du début des vacances parlementaires, chacun des députés va accompagner le gouvernement congolais dans l’exécution de ce programme combien important pour l’humanité dans son ensemble et pour la population congolaise en particulier, en l’amenant dans sa circonscription électorale.

« Comme nous le savons certainement, la RDC est l’un des foyers les plus importants qui va protéger l’humanité par rapport à ses potentialités environnementales, notamment la faune, la flore et les ressources en eau et tous ce qui s’y trouve », a-t-elle indiqué, soulignant que l’arbre c’est la vie, et que protéger la nature, c’est se protéger soi-même.

L’arbre et les ressources en eaux font partie d’un cycle d’écosystèmes qui font que l’humanité toute entière puisse vivre. C’est  l’arbre qui dégage de l’oxygène que l’être humain et tout ce qui vit inhalent pour la survie, a-t-elle insisté.

Dans cette optique, Mme Bazaiba exhorte les cités qui n’ont pas d’arbres à s’inscrire dans la logistique du Chef de l’État pour planter les arbres, appelant ainsi à l’accompagnement de tout un chacun en vue d’engendrer des arbres. Elle a promis de faire le suivi de la croissance des arbres comme un enfant qui a besoin d’être entretenu.

Le fait de lancer ce programme pendant la saison sèche se justifie pour deux raison. La première raison, c’est le respect de l’engagement de la République Démocratique du Congo vis-à-vis de la communauté internationale et vis-à-vis de l’humanité. La deuxième raison est que cette plantation d’arbres est un défi à relever pour prouver que la RDC est capable de s’adapter à toutes les situations ainsi que de restaurer les écosystèmes même pendant la saison sèche qui n’est pas généralement favorable pour la croissance des arbres notamment à Kinshasa.

« C’est vrai que nous sommes un grand pays. Dans d’autres provinces, la pluviométrie est presque permanente, mais à l’ouest nous avons le problème de 2 saisons et présentement c’est la saison sèche qui est en cours. Cela ne constitue donc pas un obstacle pour la continuité de la plantation des arbres car nous avons le fleuve Congo juste à côté pour arroser », a- t-elle conclu. ACP/