Le gouverneur Ngobila invite le personnel soignant au respect de l’éthique professionnelle face à la grève dans les hôpitaux

0
241

Kinshasa, 15 juin 2021(ACP).- Le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka a invité, lundi, le personnel soignant de la capitale congolaise au respect de l’éthique professionnelle face à la grève dans les hôpitaux, indique la cellule de communication de l’Hôtel de ville de Kinshasa.

Face à la grève généralisée observée dans la ville de Kinshasa, du 9 au 11 juin 2021, le chef de l’exécutif provincial a échangé avec les responsables et délégués syndicaux des services de santé de la capitale en vue de s’imprégner de l’origine et des motifs de cette grève sèche qui a failli provoquer la grogne sociale.

Après avoir écouté toutes les parties, le gouverneur de la ville s’est dit choqué de l’acte posé par les professionnels de santé de Kinshasa, tout en condamnant l’organisation d’une grève sèche ayant conduit à la fermeture de tous les services dans les hôpitaux, à savoir : les soins intensifs, les morgues, la réanimation, la banque du sang, etc.

«  Ce que vous avez fait est irresponsable. Vous avez paralysé les services des hôpitaux. Certes il vous est reconnu le droit de grever mais il y a des limites, vous êtes allés au-delà de vos revendications en organisant une grève sèche. Vous devez savoir que vous là pour sauver des vies humaines », a-t-il souligné

Pour lui, même si cette grève sèche est initiée au niveau national, vous dépendez de la ville. Vous  devez être responsables en vous référant aux autorités sanitaires provinciales avant de déclencher pareille grève.

L’autorité urbaine a, à cet effet, demandé à ses interlocuteurs d’ouvrir toutes les morgues et d’autres services  indispensables dans la prise en charge des malades, avant d’instruire la ministre provinciale de la Santé, Bernadette Phanzu, ainsi que la Direction provinciale de la santé (DPS), d’ouvrir une enquête autour de cette grève sèche afin d’établir les responsabilités.

La ministre provinciale de la santé a regretté que celle-ci se fasse sous le format sec, surtout en cette période de la crise sanitaire. « Entre mercredi et jeudi derniers, des corps ont été abandonnés devant les morgues et des familles venues sortir les corps de leurs proches  n’ont pas pu avoir accès à ces lieux », a-t-elle déploré, ajoutant que c’est inadmissible pour le personnel de santé qui  devaient plutôt respecter l’éthique professionnelle.

Elle a néanmoins confirmé le passage dès mardi, des délégués du ministère provincial de la Santé dans les hôpitaux, dont les services n’ont pas fonctionné  y compris les morgues de Kintambo, Ngiri-Ngiri et Makala.

ACP/Zng/KJI/Thd