Près de 90% des PME dominent l’économie congolaise, selon le ministre d’Etat Eustache Muhanzi

0
369

Kinshasa, 16 juin 2021 (ACP).- Le ministre d’Etat en charge des Petites et moyennes entreprises, Eustache Muhanzi Mubembe, a indiqué mardi que l’économie de la République démocratique du Congo (RDC) est dominée par 90% des petites et moyennes entreprises, à l’ouverture à l’hôtel Sultani situé dans la commune de la Gombe, d’un atelier de validation des avant-projets de loi sur l’entrepreneuriat et les startups ainsi que sur l’artisanat que son ministère va soumettre au conseil des ministres pour approbation.

Ce développement intense des PME, a-t-il dit, l’est malgré plusieurs contraintes qui concourent à son bon fonctionnement caractérisées, notamment par  l’absence d’un accompagnement juridique dont le Président de la République a déploré dans son discours d’investiture du 24 janvier 2019.

A travers cet atelier, le ministre d’Etat a fait savoir qu’il entend susciter la culture d’entrepreneuriat pour l’émergence de la classe moyenne étant donné que l’entrepreneuriat figure parmi les solutions idoines pour éradiquer la pauvreté.

M. Charles-Mugagga Mushizi Bashushana, consultant de (PADMPME), intervenant à cette activité, a axé son exposé sur l’état des lieux de la législation à ce jour et les problèmes soulevés, l’économie du texte de l’avant-projet de loi sur l’entrepreneuriat et les startups et les questions spécifiques ainsi que la proposition des solutions.

Il a relevé qu’il existe trois sortes d’entrepreneuriats, soulignant que l’entrepreneuriat féminin est un concept qu’il faut aussi insérer de plus en plus dans la politique publique de développement des PME. Il a fait remarquer que dans la culture congolaise, on n’a pas donné des chances égales à l’homme et à la femme.

Pour promouvoir les PME, M. Charles-Mugagga Mushizi propose la promotion des bonnes mœurs, notamment la communication institutionnelle sur l’entrepreneuriat, la formation scientifique à l’école secondaire et au niveau supérieur, la création et la gestion des structures publiques de promotion de l’entrepreneuriat et de l’artisanat. Il a également proposé, la mise en place d’une où des structures officielles de valorisation des connaissances acquises et l’implication du milieu d’affaires dans le développement des actions entrepreneuriales.

Selon lui, le résultat visé par l’avant-projet de loi est de parvenir à créer  des emplois pour les jeunes, faire émerger la classe moyenne congolaise pour qu’elle soit stable pour l’économie de chaque province. Il s’agit aussi de lutter contre l’esprit qui consiste à procéder par des essais que de contribuer le plus possible à la vulgarisation des préceptes principaux sur l’entrepreneuriat. Ceux-ci, une fois appropriés par la population, donnent l’occasion à la prise de conscience et à l’apprentissage petit à petit de l’esprit de l’entrepreneuriat et non des pertes de temps devant les étalages.

ACP/ODM/CL/KJI/JFM