Pas de malaise, ni prétendu détournement au secrétariat général à la Communication et médias

0
95

Kinshasa, 17 juin 2021 (ACP).- Me Balaire Odimba Kayumba, avocat conseil de André Mutombo, secrétaire général au ministère de la Communication et médias, a rejeté, jeudi, dans un communiqué remis à l’ACP, les allégations de l’implication de ce dernier au détournement de la rétrocession de 5% des recettes sur les taxes, des chaînes radiotélévisées de la période de 2017 à 2021, en propagation dans l’opinion publique par un groupe d’agents et cadres dudit ministère.

D’après le communiqué, son client est accusé faussement  d’être auteur, d’une part, du détournement des frais de fonctionnement du secrétariat général à la Communication et médias et, d’autre part, du détournement de la rétrocession provenant de 5% des recettes sur les taxes, droits et redevances perçus à l’initiative de ce ministère dans la période allant de 2017 à 2021.

Il en est de même de son refus d’associer la délégation syndicale à la conciliation des comptes des recettes effectuées par le ministère et la DGRAD ou le refus d’affecter les agents nouvellement admis sous statut dans les provinces.

Les messages véhiculés par ce groupe, affirme son avocat conseil, ne constituent que d’invectives, de provocation, d’allégations mensongères, traduisant de la manipulation découlant d’une conspiration menée par ce « groupe d’agents et cadres de son ministère en mal de positionnement et qui convoitent son fauteuil » en s’employant  à le diffamer afin de nuire à sa réputation de bon gestionnaire des biens publics.

S’agissant du prétendu détournement de la rétrocession de 2017 à 2021, le document précise que depuis les années 2000 jusqu’à ce jour, le secteur de l’audiovisuel reste quasiment dominé par des acteurs politiques, les confessions religieuses, les mécènes et les opérateurs économiques  habitués au non-paiement des droits, taxes et redevances qui, grâce à l’impulsion du ministre sortant Jolino Makelele ont grimpé de 2% de réalisation en 2017 à plus de 4000% à la moitié du mois de mars 2021.

Cependant, le constat malheureux est que depuis quelques temps, certains  opérateurs de l’audiovisuel ont commencé à payer timidement et d’autres effectuent de paiement échelonnés ainsi que ceux qui retirent les notes de débits et de perception, sans payer ni déposer leurs preuves de paiement à l’administration.

En ce qui concerne le prétendu refus de travailler avec la délégation syndicale pour la conciliation des chiffres, l’avocat conseil du secrétaire général Mutombo soutient qu’il s’agit d’une accusation erronée, du fait que la procédure en la matière se déroule entre la DGRAD, le comptable public et le délégué des services d’assiettes.

Il en est de même du prétendu refus d’affecter les agents nouvellement admis sous statut dans les provinces. A ce sujet, il sied de rappeler qu’un agent recruté en province dépend du point de vue organique et fonctionnel du gouverneur de la province et les divisions provinciales des ministères qui procèdent aux affectations. Toutefois, lors de la prise de l’actuel ministre de tutelle, Patrick Muyaya, le secrétaire général a fait utilement le plaidoyer pour la prise en charge par le Trésor public des agents admis sous statut aussi bien à Kinshasa qu’en provinces.

En définitive, souligne le communiqué, il règne une atmosphère conviviale et de sérénité à tous les niveaux au sein du secrétariat général sans incident aucun, et ce supposé malaise n’est que l’apanage des détracteurs du secrétaire général Mutombo. ACP/Zng/May