La RDC envisage la variété des vaccins contre la Covid-19 pour renforcer la réponse sanitaire à cette pandémie

0
188

Kinshasa, 18 juin 2021 (ACP).- La République démocratique du Congo (RDC) envisage dans un proche avenir de varier les vaccins contre la Covid-19 pour renforcer la réponse sanitaire à cette pandémie dont la troisième vague est nettement plus virulente que les deux premières.

Cette volonté de recourir à la variété des vaccins anti-Covid-19 en RDC a été exprimée par le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, le 12 juin 2021 parce que la vaccination contre cette maladie ne parvient pas encore à décoller dans ce pays. Il se pose un sérieux problème de crise de confiance de la population à l’égard du vaccin du laboratoire anglo-suédois AstraZeneca, le seul utilisé à ce jour et qui étéfournis à la RDC par le mécanisme COVAX, un partenariat entre la Coalition pour les Innovations en matière de Préparation aux Epidémies (CEPI), Gavi (Alliance mondiale du vaccin), l’UNICEF et l’OMS. Il y a eu en mars dernier des informations faisant état des effets secondaires, notamment des troubles de la coagulation sanguine chez quelques personnes ayant reçu ce vaccin dans quelques pays d’Europe.Et pourtant, AstraZeneca, un vaccin homologué par l’OMS, est actuellement le plus vendu et le plus utilisé à travers le monde.

La campagne de vaccination contre la Covid-19 en RDC lancée le 19 avril 2021 connait une très faible participation de la population. Ainsi, du 19 avril au 16 juin 2021, seulement 39.359 personnes ont été vaccinées contre la Covid-9 dans 7 provinces de la RDC (Kinshasa, Haut-Katanga, Nord-Kivu, Kongo Central, Lualaba, Sud-Kivu et Haut-Uélé).

Il est nécessaire de vulgariser davantage les messages clés sur la vaccination anti-Covid-19 en RDC afin de convaincreles personnes prioritaires non encore vaccinées. Actuellement, les scientifiques de tous bords reconnaissent que la vaccination est le meilleur moyen de protection contre la Covid-19 et ses complications. Elle s’ajoute aux autres mesures telles que la distanciation physique, le port du masque médical ou du couvre-visage et le lavage des mains.

L’OMS a déjà homologué 4 vaccins contre la Covid-19

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déjà homologué quatre (4) vaccins contre la Covid-19. Il y a Johnson and Johnson, un vaccin administré en une seule dose, et Pfizer/Biontech, un vaccinqui a plus de 95% d’efficacité en deux doses. Il y a aussiModerna, un vaccin dont la conservation est moins contraignante, et AstraZeneca qui est le vaccin le plus vendu dans le monde, et qui est administré en deux doses. Plus de 2,5 milliards de doses d’AstraZeneca ont été commandés.

Les vaccins contre la Covid-19 proposés par Pfizer-BioNTech et Moderna se sont révélés efficaces à 94 % pour les dizaines de milliers d’adultes ayant participé aux essais cliniques (dont des milliers de seniors de plus de 65 ans). Les participants aux essais cliniques des vaccins contre la Covid-19 (des sociétés Pfizer et Moderna) ont fait état d’effets indésirables d’intensité légère et modérée.

Les vaccins contre la Covid-19 sont sans danger pour les personnes vivant avec le VIH

Toutes les informations indiquent que les vaccins contre la Covid-19 en cours de développement ou autorisés par les agences de santé sont sans danger pour la grande majorité de la population, y compris pour les personnes vivant avec le VIH.

Les vaccins contiennent des éléments du matériel génétique du SARS-COV-2 (le virus à l’origine de la Covid-19). Ces derniers stimulent le système immunitaire à produire des anticorps contre la protéine de pointe (spike) utilisé par le SARS-COV-2 pour s’ancrer aux cellules humaines. Pour les personnes vivant avec le VIH, les vaccins contre la Covid-19 apportent les mêmes avantages que pour n’importe quelle autre personne ou communauté. Ils protègent contre cette maladie grave causée par le SARS-COV-2 et réduisent potentiellement la transmission de ce virus.

Les vaccins anti-Covid-19 confèrent une protection contre la maladie en déclenchant une réponse immunitaire contre le SARS-COV-2. L’immunité acquise grâce à la vaccination réduit le risque de développer la maladie et ses conséquences. ACP/nig