43  pairs médiateurs pour la résolution des conflits formés au collège saint Montfort de Limete

0
179

Kinshasa, 19 juin 2021(ACP).- Le président du comité organisateur de la ‘’Semaine africaine de la protection de la culture de la non violence et de la paix dans les milieux scolaires’’  Mike Kalenga ,  à travers ses experts en paix et résolution des conflits, a formé 43 pairs médiateurs pour l’harmonisation des relations humaines dans diverses communautés, samedi aux termes de l’activité susmentionnée   tenue à l’Institut international Sunhak d’histoire qui est une agence sud coréenne de presse au sein de la Fédération pour la paix universelle basée dans la commune de Limete.

 Outre la finalité de contribuer à la résolution des conflits interpersonnels,  les travaux de ces assises  ont visé également l’érection des tribunaux scolaires.  M. « Mike » a rappelé que cette  semaine fait suite à celle organisé dans le même site organisé à l’intention des policiers, des militaires et des militaires.

 Le souhait le plus ardent  cette fois est d’arriver à bout des cas de harcèlement sexuel entre  les élèves et les enseignants , les conflits  et des querelles au sein des corps de formation sans compter d’autres problèmes, a souligné M.Mike qui est également le président  de l’ Institut international Sunhak d’histoire.

La députée Christelle Vwanga exhorte les élèves à l’émulation

 Invitée de la semaine précitée, la députée élue à la circonscription électorale du district de la Funa, Christèle Vwanga a, dans son intervention, exhorté les élèves surtout celles de son sexe à avoir de l’ambition  pour avoir une vie belle à l’avenir digne et honorable de nature à stimuler l’émulation.

«Les jeunes doivent participer à la relève des différents défis du développement national. Ils doivent découvrir et connaître les obstacles à ce processus et poser des bons diagnostics afin de convertir les échecs en défis à relever pour obtenir le progrès », a-t-elle lâché avant de démontrer l’importance  de la paix pour y parvenir. La paix s’étiole lorsque les femmes sont violées à tout instant, à partir du moment où les  jeunes se droguent et où l’on tue sans atermoiements.

Pour redécoller,  la députée Vwanga a martelé sur l’absence des conflits armés, familiaux et des antivaleurs à arracher à tout prix, insistant sur la mise en relief aujourd’hui des valeurs de l’unité,  la solidarité, de générosité ainsi que l’inter dépendance à développer dans la jeunesse pour qualifier davantage la paix et la non violence qui doivent régner dans les milieux scolaires et,  par ricochet,  dans les diverses communautés.

   Elle a  encouragé les jeunes à devenir des grands défenseurs de la paix et de la non-violence pour servir des modèles aux autres dans la vie,  en vue de rendre ainsi au Congo la vie exemplaire admirable.  ACP/Cl/Cfm