L’Udps/Sud-Kivu préoccupée par la condamnation de Vital Kamerhe

0
428

Bukavu, 19 juin 2021 (ACP).- Le parti politique Union pour la Démocratie et le Progrès Social, UDPS/Sud-Kivu, n’est pas dans l’allégresse de suite de la condamnation du président national du parti politique Union Pour la Nation Congolaise, UNC, Vital Kamerhe.

Dans une interview accordée à l’ACP ce week-end, le deuxième vice-président fédéral de l’UDPS/Bukavu, Pasteur Edouard Ilunga Mutombo Dibwe parle d’une triste histoire qui choque son parti, celle de voir un des leaders de ses compagnons de lutte tomber sous le coup de la justice.

A ceux qui pensent que l’UDPS serait derrière l’arrestation et la condamnation du président de l’UNC, Edouard Ilunga Mutombo Dibwe rappelle que Vital Kamerhe a été arrêté et condamné par la justice congolaise et non par l’UDPS moins encore par le Président de la République, cela dans le dossier dit ‘’100 jours’’.

Au sujet de la rupture en gestation de l’alliance entre l’UNC et l’UDPS, M. ILUNGA   dit à qui voudrait l’entendre que comme les accords FCC-CACH appartiennent désormais au passé, de même les accords CASH appartiennent au passé et tout se joue maintenant dans l’Union Sacrée pour la nation mise en place par le chef de l’Etat Félix Tshisekedi.

Il a profité de l’occasion pour demander à la population de ne pas confondre la personne physique de Vital Kamerhe à la personne morale de l’UNC avant de dire qu’actuellement au Sud-Kivu aucun parti politique ne peut se prévaloir le leadership, une réalité du passé.

Le Pasteur Edouard Ilunga demande également aux cadres et militants de l’UNC de rester calme et à ne pas individualiser les affaires du pays mais de se remettre au travail pour humaniser la RDC, déshumanisée pendant plusieurs décennies.

Depuis l’arrestation de Vital Kamerhe, plus d’une année déjà, suivi de sa condamnation mardi 15 juin à 13 ans des travaux forcés, les cadres et militants de l’UNC et ceux de l’UDPS se regardent en chien de faïence. Des amis d’hier sont devenus des adversaires d’aujourd’hui, constate-t-on.

ACP/ Cl/Cfm