Spoliation d’une partie du chemin de fer de la SNCC par des tiers

0
158

Lubumbashi, 19 Juin 2021 (ACP).- Une  partie de la concession de la Société Nationale des Chemins de Fer du Congo (SNCC)  dans la ville de Lubumbashi, fait l’objet d’une spoliation par des personnes non autrement identifiées qui y construisent des maisons et autres bâtisses.

Ce spectacle désolant est ressorti dans le rapport présenté jeudi par la commission chargée de faire un état de lieux sur les constructions anarchiques le long de lignes hautes tension de la Société Nationale d’Electricité (SNEL) et de rails, au cours de la séance plénière ténue par le président de l’assemblée provinciale du Haut-Katanga, Antoine Gabriel Kyungu Wa Kumwanza, au siège de cet organe délibérant à Lubumbashi.

Cette commission, présidée par le député Modeste Balloy Kusiwa avec comme rapporteur, la députée Thérèse Mwachaseme, a relevé que cette spoliation s’est faite et continue à se faire en complicité avec certaines autorités politico administratives et même de la population.

Elle a relevé le cas de l’entreprise minière CDM qui a aussi spolié une partie avant de donner l’exemple de quelques raccordements qui n’existent presque plus à cause de rails déterrés.

Elle a également constaté avec amertume que le patrimoine immobilier qui faisait la fierté de la SNCC a été vendu et spolié.

Ces élus provinciaux ont également parlé de la situation inquiétante du marché « rail » érigé le long de la voie ferrée dans la commune de Kampemba à Lubumbashi, où des marchandes et marchands étalent leurs produits.

Reprise du trafic urbain par la SNCC

La commission, a évoqué l’importance pour la SNCC de reprendre le trafic urbain afin de décourager les spoliateurs.

Elle a souligné la nécessité de sensibiliser les autorités provinciales et tant d’autres pour la protection des infrastructures ferroviaires dans le Haut-Katanga.

Elle a sollicité l’implication de l’assemblée provinciale au niveau national pour permettre à la SNCC d’obtenir une ordonnance présidentielle sur l’annulation de tout titre foncier ayant permis l’occupation frauduleuse de l’espace de cette entreprise.

Elle a suggéré à l’assemblée provinciale de produire un édit de protection des espaces et d’édifices.

La commission a souhaité la création d’une commission mixte assemblée-exécutif provincial, Mairie-SNCC-Cadastre, chargée de soutenir les actions judiciaires en cours en vue de récupérer les immeubles spoliés.

Elle a proposé la démolition de toutes les constructions anarchiques et occupations illégales dans l’emprise du chemin de fer en commençant par la ville de Lubumbashi pour s’étendre au reste de la province.

Il a été demandé à la SNCC de replacer les rails déterrés; clôturer et sécuriser l’espace du marché rail où les vendeurs doivent être délocalisés vers un autre site.

Envahissement du couloir de lignes hautes tension par de constructions anarchiques

La commission a, en outre noté l’envahissement du couloir électrique de lignes hautes tension de la SNEL dans la ville de Lubumbashi,  par des constructions anarchiques et la fabrication de briques.

Selon elle, cet empiètement met en danger les pylônes exposant ainsi ceux qui y construisent de façon illégale.

Par ailleurs, certains habitants qui étaient indemnisés par la SNEL lors de la construction de lignes hautes tensions sont revenus avec des titres fonciers.

En effet, malgré les efforts déployés par la SNEL pour sécuriser son patrimoine, des vols des câbles à répétition sont enregistrées, a constaté la commission.

Le déficit énergétique, l’une des causes de coupures intempestives du courant

Le déficit énergétique a été cité comme l’une des causes de coupures intempestives du courant électrique dans diverses communes de Lubumbashi.

Cependant, les efforts de modernisation et réhabilitation des centrales hydroélectriques consentis par la  direction générale de SNEL, sont sabotés par les actes de vandalisme perpétrés par des hommes armés non autrement identifiés.

L’intervention sur le réseau électrique par des techniciens non autrement identifiés qui sectionnent des câbles, occasionnant des coupures afin de rançonner, figurent aussi parmi les causes du délestage.

La plénière a adopté moyennant quelques observations, le rapport présenté par la commission chargée de faire un état de lieux sur les constructions anarchiques de la lignes haute tension de la SNEL et de rails; le rapport sur la situation des journaliers de la SNEL ainsi que le rapport sur l’opportunité d’ériger un complexe commercial dans l’enceinte de l’hôpital général de référence Jason Sendwe par la société United SARL.

Au cours de cette séance, le président de l’assemblée provinciale du Haut-Katanga, a décidé d’inviter lundi toutes les personnalités concernées par le dossier de spoliation du chemin de fer de la SNCC et de l’envahissement de lignes haute tension de la SNEL pour un échange en vue de rétablir ces deux sociétés dans leurs droits. ACP/Cl/Cfm