Le président de Fortescue Metals Group prêt à investir en RDC dans plusieurs domaines

0
599

Kinshasa, 20 juin 2021(ACP).-Le milliardaire australien Andrew Forrest, président de Fortescue Metals Group, une société cotée à la bourse d’Australie (ASX/FMG), conformément à l’intérêt du groupe est prêt à investir en RDC dans le domaine de l’hydroélectrique du pays, notamment les sites d’Inga, Mpioka et Matadi pour la production de l’hydrogène, l’ammoniaque, les engrais fertilisants et le traitement des métaux verts, indique cette société dans un communiqué de presse parvenu dimanche à l’ACP.

Selon la source,  la  RDC a accueilli la semaine dernière à Kinshasa et à Goma, le milliardaire australien Andrew Forrest, président de Fortescue Metals Group, pour  les négociations du contrat qui sont en cours dans le strict respect des engagements pris par la RDC envers l’Afrique du Sud et de la règlementation en vigueur.

«Le modèle de partage de production est préféré pour permettre à la RDC d’avoir accès à sa quote-part dès la production plutôt que des dividendes qu’on ne perçoit presque pas», ajoute la source.

Selon le Conseiller spécial du Chef de l’Etat charge des infrastructures, Alex Kayembe de Bampende qui conduit les négociations  dès le début, a fait savoir qu’il y a un changement de paradigme dans lequel l’électricité de la RDC n’est plus utilisée comme un produit marchand mais plutôt comme un intrant pour la production de produits à haute valeur ajouté.

Ce projet, a-t-il dit, va générer la création de plus de 500.000 emplois directs et indirects, à tous les niveaux hiérarchiques, même au niveau des postes de décisions.

Pour lui, des infrastructures connexes telles que des routes, des ponts et un port en eaux profondes pour desservir ces nouveaux sites de productions industriels de l’hydrogène, ammoniaque feront aussi parties du projet.

«Avec ce projet transformateur, la RDC ambitionne de devenir un acteur majeur dans la transition énergétique mondiale vers une économie verte circulaire basée sur l’hydrogène», a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, la source indique que Westminster Group PLC,  une importante société cotée à l’AIMS Stock Exchange de Londres opérant dans le secteur de la sécurité, de la technologie et des services d’infrastructures a signé un accord de partenariat avec la Régie des voies aériennes (RVA) sur le plan de modernisation de l’aéroport international de Ndjili et 4 autres aéroports de la RDC, en présence de Mme l’Ambassadrice du Royaume-Uni en RDC, Emily Maltman.

«Westminster Group investira son propre capital dans la mise à niveau des équipements de sécurité des aéroports, des systèmes et dans la formation des employés sur une base de Build-Operate-Transfer (BOT). Les clients actuels de Westminster incluent le Parlement britannique et une multitude d’aéroports et d’infrastructures critiques à travers le monde», ajoute le communiqué.

Pour le Alex Kayembe, ce partenariat pionnier entre la RVA et Westminster Group, soutient la source, solidifiera les piliers clés du programme de développement du Président Félix Tshisekedi qui est centré sur le bien-être du peuple, la paix, la sécurité, le développement des compétences, les transferts de technologie et l’intégration régionale.

«Ce projet s’inscrit dans le cadre de la vision du Chef de l’Etat  Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo de faire de la RDC, un pays qui attire les investisseurs à traverse ses différentes potentialités qu’elle possède. Le président Tshisekedi soutient activement le développement des infrastructures et la sécurité comme composantes clés de sa vision pour la RDC en tant que plaque tournante régionale pour l’aviation et le tourisme», a-t-il précisé.

Pour rappel, un protocole d’accord a été signé entre FMG et la RDC en septembre 2020, en présence du Président  Félix Tshisekedi et du Premier ministre Sylvestre Ilunkamba ainsi que de certains membres du gouvernement.  Le Chef de l’Etat Félix  Tshisekedi avait en 2019, invité d’éminents investisseurs mondiaux à jeter un nouveau regard sur la nouvelle République démocratique du Congo.

Malgré un répit causé par la Covid-19, de plus en plus d’investisseurs de premier plan du monde entier viennent en RDC pour explorer le terrain et les opportunités, signale-t-on. ACP/CL/Fmb/May