L’ANAPI échange avec les conseillers économiques des ambassades des pays africains sur un partenariat structurel

0
185

Kinshasa, 21 juin 2021 (ACP).-L’Agence nationale pour la promotion des investissements (ANAPI) a échangé le week-end avec les conseillers économiques des ambassades de quelques pays africains, en vue d’un partenariat structurel, dans le cadre de l’amélioration du climat des affaires et la promotion des investissements en RDC, a appris lundi l’ACP de cette agence.

Eu égard à l’exécution de son Plan de Travail budgétisé pour  l’exercice 2021, et après une première rencontre de convivialité réussie en début du mois avec les ambassadeurs et les conseillers économiques de la Suisse des Etats-Unis d’Amérique et de quelques pays de l’Union européenne dont la France, le Portugal, l’Italie, le Pays-Bas, la Suède et l’Allemagne, l’Agence nationale pour la promotion des investissements  a poursuivi ses échanges avec les conseillers économiques des ambassades de quelques pays africains, notamment : le Maroc, la Tunisie, l’Egypte, le Togo, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Congo Brazzaville, l’Angola ainsi que l’Afrique du Sud.

L’objectif visé à travers ces différentes rencontres consiste à mettre à la disposition des conseillers économiques, des informations utiles et fiables en rapport avec les efforts actuellement déployés par la RDC pour assainir son environnement des affaires, de booster l’entrepreneuriat local et attirer les Investissements directs étrangers (IDES) ; et de bâtir une véritable synergie entre les missions diplomatiques, à travers leurs conseillers économiques, et l’ANAPI , dans le cadre de la conclusion d’un partenariat structurel pour intensifier la dynamique d’échanges économiques et commerciaux entre la RDC et les différents pays ciblés.

La source note qu’à l’heure où tous les pays du monde rivalisent d’initiatives pour attirer et retenir les investissements privés qui contribueront à soutenir la croissance, créer des emplois et favoriser un développement inclusif, la République démocratique du Congo s’emploie,  à créer un environnement propice à la pratique des affaires, en adoptant des réglementations qui aident les entrepreneurs à créer des entreprises, à embaucher et à accroître leurs activités.

Un processus notamment repris comme l’un des piliers du Programme d’actions du Président de la République, ainsi que de celui du gouvernement dont l’objectif est de favoriser l’émergence du secteur privé et d’imposer le pays comme une destination d’investissement de choix en Afrique.

Le directeur général de l’ANAPI,  Anthony Nkinzo Kamole, a expliqué à cette occasion la situation générale de l’environnement des affaires en RDC. Il l’a fait en axant son intervention sur les multiples avancées que le pays a enregistrées ces dernières années en termes des réformes pour assainir le climat des affaires, sans toutefois occulter les contraintes qui, jusque-là, entravent une meilleure conduite des affaires.

Les diplomates africains ont, par ailleurs,  reçu de la part du directeur général de l’ANAPI, un aperçu des réformes contenues dans la feuille de route validée dernièrement par le groupe d’experts du Climat des affaires.

Cette feuille de route, qui va faire l’objet d’un examen au Comité de pilotage au niveau politique et décisionnel, avant sa transmission pour examen et validation au Conseil des ministres, repose sur quatre orientations stratégiques à savoir, la simplification, dématérialisation et renforcement de la transparence des procédures administratives ; la simplification de la fiscalité et promotion de l’accès au crédit ; la modernisation de la justice commerciale et l’amélioration de la résolution des litiges commerciaux ; et l’amélioration de la concertation, de la communication et du suivi des réformes.

Ces réformes s’inscrivent toutes dans une perspective systémique et durable ; celle de l’élimination de toutes les entraves à la bonne pratique des affaires pour tout opérateur économique, synonyme de rentabilité économique pour le secteur privé, d’amélioration du niveau d’emploi, de la hausse des recettes fiscales et d’augmentation des revenus. Soit autant d’éléments indispensables pour accroître l’attractivité et améliorer la compétitivité de l’économie congolaise.

L’idée, au bout du compte, est de multiplier ce type de rencontres avec les conseillers économiques des missions diplomatiques à Kinshasa, jusqu’à en faire un rendez-vous privilégié entre l’ANAPI et toutes les communautés d’affaires souhaitant développer leur présence économique en RDC pour un partenariat transparent et gagnant-gagnant.

ACP/ CKM/NKV