L’adoption de la loi  relative au secteur de l’électricité a connu une évolution significative, selon Olivier Mwenze

0
156

Kinshasa, 22 juin 2021 (ACP).- L’adoption de la loi 2014 relative au secteur de l’électricité a connu une évolution significative, a affirmé le ministre des Ressources hydrauliques et électricité, Olivier Mwenze Mukaleng, à l’occasion du 7èmeanniversaire de la promulgation de ladite loi célébrée le 17 juin de chaque année, indique un document du ministère des Ressources hydrauliques et électricité reçu  mardi à L’ACP.

Pour le ministre Mwenze, indique la source, cette évolution significative est marquée par l’innovation majeure de la libération du secteur de l’électricité avec comme objectifs principaux notamment,  répondre à l’obligation de garantir l’énergie électrique en l’absence d’un code juridique adapté et attractif ; attirer à travers les mesures de sécurisation, les investisseurs vers le secteur ; favoriser une énergétique nationale par le recours à la formule du partenariat public-privé ainsi que faire de la République démocratique du Congo (RDC) une puissance énergétique.

Dans la même loi, a ajouté le ministre, le législateur y a apporté des innovations telle que, la promotion et le développement de l’offre de l’électricité en milieu urbain, péri urbain et rural ; par la création des conditions économiques permettant la réalisation, la rentabilisation des investissements dans le secteur ainsi qu’une émergence énergétique nationale, par le recours du partenariat public-privé ; la couverture des besoins en électricité de toutes les catégories des consommateurs ainsi que la fourniture de qualité et dans le respect des règles de l’environnement et de sécurité ; l’obligation de l’État de garantir le respect des règles de concurrence  loyale dans le secteur ; l’instauration des différents cadres juridiques pour l’exercice des activités du service public de l’électricité, à savoir : la concession, la licence, l’autorisation, la déclaration et la liberté ; la création d’un nouveau cadre institutionnel comprenant : le gouvernement central, la province, l’autorité de régulation ainsi que l’établissement public chargé de la promotion et du financement de l’électricité en milieu  rural et périurbain ; la protection des consommateurs et la réparation des préjudices subis par eux du fait des explications.

En ce qui concerne la libéralisation du secteur de l’électricité, le ministre Mwenze a souligné que la loi sur l’électricité a créé des éléments d’équilibre entre l’obligation de l’État de faire accéder tous les Congolais à l’énergie électrique et la liberté des investissements privés dans le secteur.

Ces éléments d’équilibre, a-t-il précisé,  sont la création de deux établissements publics, l’Autorité de régulation du secteur de l’énergie (ARE) et l’Agence nationale de l’électricité et des services énergétiques en milieux ruraux et périurbains (ANSER), qui garantissent la régulation objective des activités du secteur, ainsi que l’attention particulière portée sur l’électrification des zones rurales et périurbaines.

Pour terminer, le ministre des Ressources hydrauliques a encouragé les investisseurs locaux, en dépit des difficultés majeures pour la levée de fonds auprès des banques, d’être présent dans le secteur, et a appelé les bailleurs de fonds traditionnels et partenaires techniques et financiers de les accompagner, en vue de réaliser ensemble, les objectifs du gouvernement dans ce secteur.

Au peuple congolais, il l’a rassuré des efforts qui sont entrepris par le gouvernement,  en vue d’améliorer la desserte en électricité de tous les usagers de toutes les catégories dans les zones urbaines, rurales et périurbaines. ACP/ZNG/KJI