Patrice Motsepe présente les changements de gouvernance envisagés depuis son élection à la CAF

0
209

Kinshasa, 23 juin 2021 (ACP).- Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, a publié une déclaration présentant les activités et changements de gouvernance que le nouvel exécutif de la CAF a introduit depuis son élection en mars 2021, a annoncé lundi le site officiel de l’instance faîtière du football africain.

Selon la source, l’objectif visé est de rendre le football africain globalement plus compétitif et autosuffisant.

Par ailleurs, affirme le site, on y est arrivé après plusieurs réunions avec des sponsors actuels et potentiels, des représentants du secteur privé, certains Chefs d’État et des gouvernements africains, des ministres et des parties prenantes du football, ajoutant qu’il est apparu aux nouveaux dirigeants de la CAF que tous avaient une perception médiocre voire négative de la CAF, en ce qui concerne son adhésion aux bonnes pratiques de gouvernance, d’audit, d’éthique, de finances et de gestion.

Elle ajoute que les perceptions négatives sont, dans une certaine mesure, confirmées par le rapport intérimaire accablant de Price Waterhouse Coopers (PWC) sur la CAF, lequel a identifié certaines transactions et pratiques irrégulières, non éthiques et inappropriées dont le rapport a été distribué aux associations membres de la CAF en mai 2021.

Ainsi, la CAF s’engage à mettre en œuvre les recommandations dudit rapport et à veiller à ce que les transactions inappropriées, les pratiques irrégulières et contraires à l’éthique ne se reproduisent pas.

Le CAF et ses perspectives d’avenir

Il est également important, souligne-t-on, que la qualité des événements organisés par la CAF soit compétitive au niveau mondial et attrayante pour les spectateurs, les téléspectateurs et les parties prenantes en Afrique et dans le monde.

Ce qui a amené la CAF à prendre de nombreuses mesures pour leur concrétisation.

Il s’agit entre autres :

d’améliorer l’efficacité et le professionnalisme du personnel en charge de l’organisation des compétitions de la CAF ; d’investir dans les infrastructures footballistiques africaines afin de s’assurer que chaque association membre dispose d’au moins un stade homologué par la FIFA;

de tisser et renforcer les relations avec les sponsors actuels et potentiels, ainsi qu’avec les partenaires ; d’investir dans la jeunesse et l’avenir du football africain ; d’employer et retenir un personnel qualifié et compétent ; de développer et soutenir le football féminin ;  de préserver l’intégrité de l’arbitrage et d’accentuer sa professionnalisation et enfin de recruter des arbitres assistants vidéo correctement rémunérés.

Félix Tshisekedi parmi les chefs d’Etat consultés

Depuis mars 2021, souligne la source, plusieurs réunions importantes ont été organisées, en Afrique comme ailleurs dans le monde, afin de présenter et de promouvoir les intérêts et objectifs de la CAF, de ses associations membres et de ses parties prenantes.

Parmi les personnalités consultées, figurent Félix Tshisekedi, Président de la République démocratique du Congo et président de l’Union africaine, Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire, George Weah, du Liberia, Julius Maada Bio de la Sierra Leone, Macky Sall, du Sénégal  et Paul Kagame du Rwanda

Les écoles comme leviers pour assurer l’avenir

En outre, la CAF entend faire des écoles de football des leviers de développement et de promotion de football en investissant dans la jeunesse comme un impératif   pour l’avenir du football africain.

A ce titre, pour rappel, la CAF et la FIFA ont lancé avec succès le projet pilote du Championnat Panafricain de Football Scolaire à Kinshasa, en présence du Président Félix Tshisekedi, de plusieurs de ses ministres et d’autres acteurs du football.

Par ailleurs, la CAF  réfléchit sur l’opportunité de la création d’une Super Ligue africaine dont les discussions y relatives  ont déjà eu lieu au regard  de la tentative de la mise place d’une telle compétition par certains grands clubs européens  et tâcher de tirer les enseignements de leur échec.

A ce titre, toutes les questions relatives aux droits de diffusion de la CAF sont extrêmement importantes du fait qu’elles constituent une source de financement majeure de la confédération, de ses associations membres et de ses parties prenantes.

Ainsi, Patrice Motsepe, continuera à visiter les associations membres  pour une bonne  compréhension de leurs intérêts en même temps  leur exposer ceux de la CAF

Remerciement de Motsepe à tous

Patrice Motsepe qui n’a rien oublié  remercie les membres du comité exécutif, les vice-présidents de la CAF, les présidents et autres dirigeants des associations membres, les six présidents régionaux, la FIFA et plus particulièrement son Président Gianni Infantino, le secrétariat de la CAF Véron Mosengo-Omba, les membres des commissions permanentes de la CAF, les différents Chefs d’Etat africains et leurs gouvernements respectifs, les différents sponsors et partenaires, ainsi que l’ensemble des parties prenantes de la CAF pour leur soutien et leur engagement à sa vision. ACP/ODM/KJI