Les cultures industrielles importantes pour la résilience économique, selon un chercheur

0
85

Kinshasa, 25 juin 2021 (ACP).- Le chercheur de l’Université de Kinshasa(UNIKIN), Kasereka Kombi, a indiqué que les cultures industrielles (café, cacao, quinquina) sont importantes pour le développement et la résilience économique, si elles sont cultivées dans le but de faire face aux chocs en période des crises économique et politique.

M.Kasereka l’a déclaré vendredi lors d’un colloque organisé vendredi à l’attention de l’Association congolaise pour l’avancement de la science, de la Technologie et de l’industrie (ACASTI) en collaboration avec les facultés des sciences et de médecine de l’UNIKIN à la paroisse Sacré-Cœur, située dans la commune de la Gombe. Se situant dans le contexte congolais, il a fait remarquer que malgré la situation de guerre dans la partie Nord-est de la RDC (Butembo et Beni), ces entités territoriales ont connu une économie « prospère » grâce au dynamisme de la majorité de la population dans le secteur de l’agriculture.

M.Kasereka a laissé entendre que les produits agricoles d’exploitation industrielle ont été épargnés en cette période, précisant que les protagonistes, surtout les rebelles s’adonnaient aux pillages des banques, au vol des cheptels, des produits vivriers et des biens manufacturés ainsi que des minerais.

La relance de l’industrie alimentaire à  partir de l’exploitation des ressources d’origine végétale

Par ailleurs, le docteur en faculté des sciences de l’Université de Kinshasa (UNIKIN), M. Vinhy Lusamba, a fait savoir que  l’exploitation des ressources d’origine végétale devrait occuper la première place en RDC,  en vertu de la richesse du sol et du sous-sol pour la relance de l’industrie alimentaire.

Selon lui, l’industrie alimentaire  joue un rôle déterminant dans l’espérance de vie, ajoutant  que de nombreuses plantes en RDC sont susceptibles de produire des graines ou des fruits contenant une proportion appréciable de lipides et autres substances nutritives.

Il a affirmé qu’il venait de terminer une étude sur les graines de courge (citrallas lanatus) et les huiles essentielles qui sont les espèces rencontrées dans la plupart des provinces de la RDC et en Afrique centrale. Ces graines de courge sont, selon lui,  des matières grasses susceptibles de servir à la fabrication de toute une gamme de produits finis utiles et d’un succédané de lait  ainsi qu’à la fabrication des produits analogues à la viande. Ce colloque a bénéficié de la  collaboration des facultés des sciences et de médecine de l’UNIKIN ainsi que de la Banque commerciale du Congo(BCDC), signale-t-on.

ACP/FNG/nig