L’amélioration de la desserte en eau potable et en électricité au centre des échanges à la Primature

0
374

Kinshasa, 28 Juin 2021 (ACP).– L’amélioration de la desserte en eau potable et en électricité a été lundi au centre des échanges entre le  Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde et les Directeurs généraux de la Société Nationale de l’ Électricité ( SNEL), Jean Bosco Kayombo et de la REGIDESO, Clément Mubiayi, en présence du ministre des Ressources Hydrauliques et de l’Electricité , Olivier Mwenze, sur invitation du chef du gouvernement.

A l’issue des échanges,  le ministre des Ressources Hydrauliques a rassuré de la volonté du gouvernement de voir ces deux sociétés du portefeuille de l’Etat améliorer la qualité de services rendus aux populations, soulignant qu’ à cet effet, un état des lieux de la desserte de ces 2 produits a été fait .

« C’était essentiellement une séance de travail pour essayer de déterminer les problèmes, les challenges qu’ont les deux compagnies qui sont sous ma tutelle, notamment la SNEL et la REGIDESO, de façon à ce que le gouvernement central puisse les accompagner pour résoudre les problèmes de la desserte en électricité et en eau dans la ville de Kinshasa, mais aussi dans les différentes provinces » , a dit le ministre, rappelant que  le droit d’avoir de l’eau potable et de l’électricité est constitutionnel pour chacun des Congolais.

 Des problèmes à résoudre dans le secteur

En tant que gouvernement, a poursuivi le ministre Mwenze, nous estimons qu’on doit y travailler pour améliorer les conditions actuelles. « Pour l’instant, on voit, par exemple, juste pour la ville de Kinshasa qui connait vraiment un déficit, qu’il était question de situer le problème » a-t-il lancé,  signalant qu’en ce moment, il a été établi que la démographie en est le problème. D’ où, il faut renforcer les capacités. « Le second problème, c’est essentiellement celui de la vétusté du système des installations qui sont en place. Elles sont vieilles. Il y en a qui sont installées depuis l’époque coloniale et qui n’ont pas été revues. Ensuite, il y a le modernisme. On parle d’apporter de nouvelles méthodes et une nouvelle technologie.», a-t-il déclaré .

Concernant la problématique de la tarification, le ministre des Ressources Hydrauliques a indiqué que c’est un autre gros travail de fond qui doit être fait par l’Autorité de régulation du secteur. ACP/