La veuve Chebeya plaide pour la poursuite du procès de son défunt époux auprès de Sama Lukonde

0
261

Kinshasa, 04 juillet 2021 (ACP).- Le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, a échangé, samedi en son cabinet de travail, avec Mme Annie Chebeya, veuve de feu  Floribert Chebeya, qu’accompagnait le président de la LIZADEEL (Ligue de la Zone Afrique de Défense de Droits des Enfants et  Élèves), M. Joseph Godé Kayembe, et de  Paul Nsapu, vice-président de la FIDH (Fédération Internationale de Droits de l’homme) et président de la Ligue des électeurs.

Au sortir des échanges, le président de la LIZADEEL  Joseph Godé Kayembe, a justifié cette visite par deux raisons. Selon lui, ils sont venus voir le Premier ministre d’abord, pour lui présenter leur civilité à la suite de sa nomination et le remercier par la suite pour l’attention soutenue qu’il a daigné manifester à pouvoir recevoir la veuve Chebeya afin de s’enquérir de la situation sociale que traverse cette famille privée de son père.

Leurs entretiens ont également porté sur l’évolution du dossier judiciaire de feu Chebeya, qui selon la délégation, semble piétiner. Et pourtant, souligne-t-elle, il faut que ce dossier se débloque pour que l’État congolais indemnise les enfants et les familles afin de leur permettre de vivre. « Nous avons trouvé que du côté du Premier ministre, il y avait un sens d’écoute élevé, un sentiment d’accompagnement, une personne réceptive qui doit prendre des dispositions utiles en tant qu’autorité« , a-t-il lancé.

La veuve Annie  Chebeya,  a pour sa part, imploré  la justice de faire son travail par la réouverture des procès pour les deux familles,  Chebeya et Bazana, au niveau des instances judiciaires. « J’ai trouvé un  Premier ministre serein et attentionné, je lui ai présenté ma situation et le vœu de nos  deux familles Bazana Fidèle et Chebeya Floribert  pour la réouverture du procès« , a-t-elle confié à la presse.

Cette dernière déplore le fait  que  bien qu’il y ait des assassins qui ont fait des révélations jusque là,  le procès reste bloqué.

La Veuve Chebeya espère voir le procès reprendre pour élucider les choses telles qu’elles se sont déroulées afin de mettre fin à la souffrance des familles et leur permettre de clore définitivement le deuil tant observé par ces dernières. «Malgré les témoignages des gens, nous voulons connaitre exactement ce qui s’est passé. Que les veritables assassins soient arrêtés, jugés, selon la loi et la justice. Que la justice fasse vraiment son travail», a conclu Mme Chebeya.

Alors responsable de l’ONG de défense des droits de l’Homme la Voix des Sans Voix (VSV), Floribert Chebeya fut  assassiné le 2 juin 2010 à Kinshasa avec son chauffeur Fidèle Bazana, rappelle-t-on.ACP/CL/Fmb