Covid-19: la vice- ministre confère avec le représentant des intérêts russes pour la distribution du vaccin ‘‘Sputnik’’ en RDC

0
447

Kinshasa, 06 juillet 2021 (ACP).- La vice-ministre de la Santé publique, hygiène et prévention, Véronique Kilumba a conféré mardi à Kinshasa,  dans son cabinet du travail, avec M. Jean Ruiz, représentant de la société Africom ,sur la campagne et le programme de la vaccination anti Covid-19 en République Démocratique du Congo.

Jean Ruiz, qui représente les intérêts de la Russie au Congo-Kinshasa, est venu spécialement apporter le message des autorités russes qui viennent de manifester la volonté de soutenir et d’accompagner le gouvernement congolais dans la campagne de vaccination contre la Covid-19.

« Notre entretien avec Mme la vice-ministre était satisfaisant. Je lui ai donné quelques explications suffisantes sur le vaccin russe, Sputnik. Ce qui est bien, elle a déjà entendu parler de ce vaccin. C’était important de lui apporter certaines précisions », a soutenu le Représentant de la société Africom.  Il a souligné qu’Africom est une société russe qui s’occupe de tout ce qui est affaire en Afrique. Il s’occupe aussi du Fonds souverain de l’Etat Russe qui distribue le vaccin ‘‘Sputnik’’.

« A part le dossier concernant le  vaccin ‘‘Sputnik’’, nous avons également  évoqué «Afila die », un autre médicament russe qui est distribué en même temps lorsque nous distribuons gratuitement notre vaccin anti- Covid-19 pour un premier quota », a-t-il indiqué.

Pour Jean Ruiz, ce médicament est très efficace et  permet d’éviter trop de malades dans les hôpitaux. Très curatif, il est administré pendant 10 jours.

« Actuellement, nous sommes déjà dans 6 pays africains, notamment le Nigeria, le Cameroun, la Côté d’Ivoire et la RCA  où les produits sont déjà livrés. Bientôt, peut-être nous serons en RDC », a annoncé Jean Ruiz.

Rappelons que la Russie est le premier pays à annoncer la découverte d’un vaccin Covid-19 pour une utilisation à grande échelle, en le nommant à juste titre « Sputnik », du nom de son premier satellite spatial. ACP/GGK