La JICA dote des dispositifs de lavage des mains automatiques à quelques structures publiques

0
231
Le Dr Muyembe de l’INRB et le représentant résident de la JICA Kazunao Shibata

Kinshasa, 06 juillet 2021 (ACP). Le représentant résident de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) en RDC, Kazunao Shibata, a procédé lundi à la prison de Ndolo, à la remise officielle des dispositifs de lavage des mains automatiques à quelques structures publiques, à savoir la Prison de Ndolo, le Palais de Justice et l’Institut national des recherches biologiques (INRB). 

Le représentant de la JICA a inscrit cette action dans le cadre de l’accompagnement du Comité multisectoriel de la Riposte à la Covid-19, à travers le programme « Prévention contrôle à l’infection ».

Douze sites de l’administration publique ont bénéficié de l’aménagement de ces dispositifs, a-t-il précisé, à savoir la prison centrale de Makala, la prison de Ndolo, le Palais de justice et l’INRB qui ont bénéficié chacun de deux dispositifs de lavages de main. La Division provinciale de la santé de Kinshasa et les Cliniques Universitaires de Kinshasa comptent également parmi les bénéficiaires.

Cette dotation s’est focalisée sur des sites ciblés comme potentiellement à risque élevé de dissémination, notamment les milieux carcéraux, les points de passage des voyageurs (pour les formalités administratives comme l’obtention des passeports, visas ou la réalisation des tests de COVID-voyage), s’explique-t-on sur le choix des structures.

«La construction de ces ouvrages est le fruit du génie féminin congolais mis à profit à travers l’entreprise locale « Women’s Technology, sous la direction d’une ancienne stagiaire de la JICA, responsable de cette entreprise», a déclaré M. Kazunao Shibata.

Pour une meilleure durabilité de l’ouvrage, ajoute-t-il, une formation est déjà prévue pour les gestionnaires de différents ouvrages ainsi que leur maintenance par Women’s Technology, pour une durée d’une année.

Pour le coordonateur du programme de la riposte, Dr Jean-Jacques Muyembe, cette dotation est une stratégie d’appui à la riposte pour limiter la transmission de la pandémie par les contacts des mains. Il a ensuite invité les responsables de la prison à veiller au respect des mesures barrières à l’entrée  ainsi qu’à la conservation desdits dispositifs en bon père des familles.

Le lavage automatique des mains couvre près de 2500 personnes par jour

La responsable de l’entreprise Women’s tech et conceptrice du dispositif, Thérèse Izay-Kirongozi a fait savoir que le lavage automatique des mains a une capacité de couvrir près de 2.500 personnes par jour, en précisant que ce dispositif comprend plusieurs points d’eau distancés, un débiteur de savon liquide et un sèche-mains, tous automatiques avec un détecteur de présence. Il comprend également la prise de température avec alarme en cas de fièvre, ainsi que le compte-personnes.

Elle souligne également que ledit dispositif est constitué de trois parties, à savoir la partie construction (maçonnerie ou construction métallique munie d’un recevoir d’eau), la partie mécatronique ou composante maitresse de l’automatisme de l’ouvrage) ainsi que la partie de l’autonomie en énergie solaire.

Le représentant des bénéficiaires, le colonel Jonathan Mutombo s’est dit satisfait de cet ouvrage qui permet, non seulement  de limiter les risques de contamination de la Covid-19 dû par une forte fréquence des visiteurs à cette prison, mais également de renforcer les mesures sanitaires de la prison face aux différentes maladies des mains sales. Il s’est engagé à veiller à sa durabilité.

La coopération Japonaise demeure aux cotés de la RDC face aux grandes épidémies au pays, à travers notamment, l’aménagement de nouveaux laboratoires P2 et P3 à l’INRB pour la réalisation de diagnostic de la Covid-19, ainsi que les appuis apportés aux dernières épidémies de la maladie à virus Ebola et la fièvre jaune.  C’est dans ce cadre qu’elle continue son accompagnement dans un contexte socio-économique précaire et un système de santé fragile pour pallier à cette troisième vague, rappelle-t-on.

ACP/GGK