Ténue prochaine d’un atelier sur la vérification et documentation des cas d’enfants sortis de groupes armés

0
295
Abou Keita, approximately 5 years old, pans for gold at the Djikouloumba mine, near the Kankan region, in Guinea, April 27, 2008. (AP Photo/Rukmini Callimachi)

Kinshasa, 08 Juillet 2021 (ACP).- La section Protection de l’enfant de la MONUSCO et l’UNICEF organise, du 13 au 16 juillet dans les territoires de Masisi et de Rutshuru, respectivement dans l’axe Kitshanga et Kiwanja au Nord-Kivu, un atelier de formation destiné  aux acteurs des ONG ciblés, autour de la vérification et la documentation des cas d’enfants sortis de groupes armés, rapporte le compte rendu des activités de la MONUSCO publié mercredi dont une copie est parvenue Jeudi à l’ACP.

Selon la source, l’objectif de cette formation est de renforcer les capacités des agents des agences de protection de l’enfant sur les techniques de vérification et documentation des cas des enfants sortis de groupes armés mais aussi d’informer les participants sur le cadre opérationnel DDR enfant.

Il sera également question de les former sur les techniques de vérification de l’âge, en présentant le mécanisme de surveillance et de communication des violations graves des droits de l’enfant.

Au cours du mois de Juin dernier, rappelle la source, la section Protection de l’Enfant de la MONUSCO a documenté 266 violations graves commises par les parties en conflits armés en RDC à l’encontre des enfants. Ceci a provoqué 127 cas de recrutement et d’utilisation d’enfants, 45 enlèvements, 33 meurtres et mutilations, 48 cas de violence sexuelle, 12 attaques contre des écoles et hôpitaux et 1 cas de refus d’accès humanitaire.

La proclamation de l’état de siège en Ituri et au Nord-Kivu et les opérations militaires qui s’en sont suivies, ainsi que l’éruption volcanique du 22 Mai 2021 à Goma, indique-t-on, ont accentué la vulnérabilité des enfants. A l’Est du pays, 64% des violations ont été vérifiées dans les provinces de l’Ituri et Nord : Nord-Kivu : 42% (120), Sud-Kivu et Maniema : 19% (55), Ituri : 19% (50), Tanganyika : 14% (41), signale la source.

Une trentaine d’enfants remis à Mweso grâce à la MONUSCO

Par ailleurs, la source précise qu’à Goma, en réponse au message de sensibilisation et de plaidoyer auprès des groupes armés, le groupe armé « Nyatura CMC » a accepté la vérification de la MONUSCO, ce qui a abouti à la séparation de 35 enfants remis à la section protection de l’enfant dans la localité de Mweso, au Nord-Kivu.

11 autres enfants séparés des groupes armés se sont rendus aux FARDC à Kitchanga, une dizaine d’autres se sont rendus dans les COB de la MONUSCO à Nyanzale.

La section Protection de l’enfant a facilité le transport requis par la division des affaires sociales à Goma, pour la réunification des 82 enfants séparés de leurs familles pendant l’éruption volcanique de Nyiragongo, conclut la source. ACP/Zng/GGK/May