Jean-Marie Kalumba s’imprègne des causes de l’exagération des prix des produits surgelés sur le marché

0
230

Kinshasa, 09 juillet 2021 (ACP).- Le ministre de l’Economie nationale, Jean-Marie Kalumba Yuma, a présidé jeudi à Kinshasa, une réunion à l’intention des responsables de la Congolaise des voies maritimes (CVM), des Lignes maritimes congolaises (LMC) et de la Direction générale des migrations (DGM), afin de connaitre les causes de l’exagération des prix des produits surgelés sur le marché, a appris l’ACP vendredi  de ce  ministère.

Selon la source, au cours de cette séance de travail, les responsables de ces entreprises et services publics de l’Etat ont décliné toute responsabilité dans la surcharge de la structure des prix de ces produits. Ils ont à l’occasion, rejeté les données fournies par les opérateurs économiques les impliquant dans cette situation, pour justifier l’exagération des prix des denrées alimentaires de grande consommation sur le marché. «  C’est de la tricherie de la part des importateurs nous ne facturons pas les marchandises, mais les tonnages donc la cargaison. Nos factures n’entrent pas dans la structure des prix », a indiqué le directeur général de la CVM, Christine Tusse Daumbo.

Elle a indiqué que son entreprise n’est pas d’accord avec cette appréciation des importateurs, dans la mesure où elle ne facture que le navire et non la marchandise. Elle s’est dit ne pas comprendre comment son service figure dans la structure des prix des produits. Selon elle, la CVM ne doit être reprise que dans le coût, le fret et l’assurance.  M. Jean Claude Mukendi Miya, directeur général-adjoint des LMC, a de son côté affirmé que son entreprise est un transporteur à qui l’Etat congolais a rétrocédé le droit de trafic maritime, avant de révéler que ce droit est perçu sur le fret maritime et n’entre pas dans la structure des prix.

Il a ajouté que le fret qui concerne le navigateur et le transporteur externe n’a aucun impact sur les opérateurs économiques congolais.

Les responsables des 3  services qui ont échangé des vues avec le ministre de l’Economie nationale, ont  à l’unanimité, rejeté la thèse selon laquelle, ils  perçoivent des taxe sur les marchandises, et se disent étonnés de voir certaines rubriques les impliquant dans les structures des prix fournis au ministre Jean-Marie Kalumba, par certains importateurs. Cette rencontre, renseigne la source, fait suite aux recommandations du 9ème Conseil des ministres dans au cours duquel, il a été recommandé la rationalisation des prélèvements parafiscaux dans la structure des prix des produits de consommation de première nécessité.

Pour rappel, le ministre de l’Economie nationale Jean marie Kalumba Yuma a fait  du « juste-prix », son cheval de bataille. C’est dans ce cadre qu’il avait initié une série d’échanges des vues avec les opérateurs économiques, aux termes desquelles, il avait effectué une mission de service avec un groupe d’experts en Namibie. Laquelle mission a révélé au moins 36 (trente-six) éléments non incorporables dans la structure des prix. ACP/Fng/nig