L’analyse du PTBA au centre de la première réunion du ministre d’Etat Rubota avec le Comité de pilotage du PROADER

0
439

Kinshasa, 11 juillet 2021 (ACP).- L’analyse du Programme de travail  et le budget annuel (PTBA) 2021 du Projet d’appui au développement intégré de l’économie rurale ( PROADER), était au centre de la première réunion du Comité de pilotage dudit projet que le ministre d’Etat en charge du Développement rural, Francois Rubota Masumbuko, a présidée vendredi dans la salle des réunions Abbel Léon Kalambayi du secrétariat général de son ministère.

Ce projet qui reprend ses activités à l’avènement du gouvernement en place, est financé depuis le mois décembre 2019 par la Banque africaine de développement (BAD). Ledit projet avait connu une suspension en ce qui concerne les décaissements des fonds quelques mois seulement après la mise en place de l’équipe  du PROADER, ce, à cause d’une mesure de suspension unilatérale frappant trois experts.

Ce financement découle d’un accord de prêt de l’ordre de 39,997 millions d’unités  de compte et un protocole d’accord de don pour un montant de 2,10 millions d’unités de compte, constituant ainsi le reliquat de l’enveloppe octroyée au précédent projet d’appui au développement des infrastructures rurales ( PADIR).

Dans son mot de circonstance, le ministre d’Etat en charge du Développement rural,  a indiqué que cette première réunion du Comité de pilotage du PROADER, marque une nouvelle ère de l’histoire sous encrage institutionnel de son ministère. «A mon avènement à la tête du ministère du Développement rural, j’ai pris le temps notamment, de comprendre ce projet, d’examiner les décisions de suspension des experts d’unités de gestion dudit projet, d’écouter froidement les acteurs internes et externes impliqués dans la gestion du projet en ce compris, les syndicalistes. J’ai également échangé des vues avec l’administration du ministère et la BAD,  j’ai analysé la loi portant statut du personnel de carrière de service public  ainsi que des services publics de l’état ainsi que d’autres lois et règlements», a dit le ministre d’Etat Rubota.

C’est pour cette raison qu’il a, à la fin de toutes ces étapes, pris en mai 2021, la décision de lever la suspension qui frappait les 3 (trois) experts d’unité de gestion en autorisant,  à l’occasion, le décaissement des fonds du projet par la BAD.

Le projet PROADER, a-t-il dit, a pour but de promouvoir une économie rurale dynamique et prospère et vise d’une manière spécifique, à améliorer les investissements productifs et sociaux pour rendre le milieu rural plus attractif et productif. Il s’agit également de promouvoir le développement du secteur privé et de l’entreprenariat agricole ainsi que rural, afin de favoriser la diversification et la valorisation de la production agricole.

Le ministre d’Etat Rubota, a enfin, recommandé au Comité de pilotage, de convoquer des réunions chaque fois que le besoin se fera sentir, afin d’assurer un suivi rapproché des activités du PROADER et  de travailler sans complaisance et sans partie pris pour un atterrissage en douceur en 2025 du projet, sans oublier de parachever le processus de recrutement du personnel additif.

Aux membres de l’unité de gestion du projet, il leur a demandé de donner le meilleur d’eux-mêmes.

Présentation du PTBA du projet PROADER

Le secrétaire général du ministère du Développement rural  et président du Comité de pilotage du projet PROADER, Georges Koshi Gimeya, a, pour sa part indiqué que dans les jours qui viennent, le PROADER va présenter son PTBA,  à savoir le plan de travail annuel budgétisé devant les membres de comité de pilotage pour validation.

Le coordinateur national du projet et le directeur de service de l’économie rurale, Joseph Mwamba Lubemba,  a quant à lui noté que, la première réunion du comité de pilotage du projet PROADER, est un motif de réconfort : «Cette relance oblige les exécutants à mieux faire qu’avant, afin de sortir de la zone rouge.  Aujourd’hui, nous sommes venus présenter le plan de travail et le budget qui sera utilisé d’ici la fin de l’année, pour faciliter la matérialisation des actions prioritaires sur le terrain», a-t-il ajouté.

Pour rappel, le projet PROADER est intégré dans les zones rurales des provinces du Kongo central, du Kwilu, du Kwango, du Mai-Ndombe, du Kasaï, du Kasaï-central et Kasaï-Oriental. Il est organisé dans 7 (sept) provinces qui sont regroupées en 3  (trois) antennes à savoir Matadi, Kikwit et Mbuji-Mayi. ACP/CL/Fmb