Le non-respect de la gastronomie durable : un facteur nuisible pour la santé

0
112

Kinshasa, 11 juillet 2021(ACP).- Le non-respect des principes liés à la gastronomie durable est un facteur nuisible à la santé humaine, a affirmé dimanche à Kinshasa le nutrithérapeute, Juslin Tamko, au cours d’un entretien avec l’ACP.

La gastronomie durable, selon le nutrithérapeute, est l’art culinaire consistant en la sélection des ingrédients naturels présents dans son environnement afin de les cuisiner de façon à se préserver des maladies et à éviter le gaspillage.

A cet effet, il a illustré le cas de l’huile de palme, riche en béta-carotème, une provitamine A ayant pour fonction la protection de la peau, des yeux et des cheveux. Mais,  une fois chauffée à blanc, l’huile de palme perd ses fonctions nutritives et dévient une source des toxines susceptibles de favoriser l’accumulation des triglycérides (facteurs des risques des maladies cardiovasculaires).

A cet effet, a-t-il signalé qu’un rapport de l’OMS publié en 2017 note que les maladies cardiovasculaires dont le nombre des décès est estimé à 17,7 millions, constituent la première cause de mortalité dans le monde.

Selon ce consultant en nutrition et santé, les personnes qui cuisinent avec des arachides doivent prendre précautions de séparer les bonnes cacahouètes des mauvaises, car ces dernières qui contiennent un type de toxine appelée «aflatoxine», dont la consommation régulière peut endommager le foie.

S’agissant des épices comme l’ail et l’oignon qui sont riches en sulfure oléiques, une substance piquante qui limite l’oxydation du cholestérol et contribue à lutter contre les maladies cardio-vasculaires, Juslin Tamko recommande de ne pas les griller ou les cuire pendant longtemps afin de préserver leurs vertus.

Cette recommandation va de même pour des légumes verts, dont la longue cuisson détruit les antioxydants, agents protecteurs des lésions cellulaires précurseurs du cancer.

De l’utilisation des épices et des ustensiles

M. Tamko a également conseillé l’utilisation des épices naturelles en lieu et place des épices artificiels riches en glutamates monosodines (ingrédients contenus dans des épices capable de provoquer des maladies telles que : l’insuffisance rénale, la maladie d’yeux, voire endommager le cerveau.

D’après un rapport du programme national de lutte contre le diabète, publié en 2015, cité par Juslin Tamko, les diabétiques représentent 7% de la population en République démocratique du Congo.

Quant à l’usage des ustensiles, le nutrithérapeute a déconseillé la cuisson régulière avec les ustensiles en aluminium, car, pouvant accumuler progressivement des métaux lourds dans les os, le foie et dans le cerveau avec comme conséquence, l’affectation du système nerveux, des fonctions rénales et celles du foie.

Néanmoins, un travail d’éducation doit être fait à l’égard des producteurs agricoles sur les notions des productions bios étant donné que le pesticide et autres fertilisants modifient le goût des plantes et causent des maladies telles que le cancer.

Quant aux vendeurs des fruits et légumes dans des marchés,  la recommandation leur est adressée est celle de respecter  les règles d’hygiène dans la distribution de ces denrées alimentaires en évitant d’exposer les produits agricoles au soleil afin de protéger leurs vitamines. ACP/CL/Fmb