Plaidoyer pour l’extension de l’état de siège dans la province du Sud-Kivu

0
379

Kinshasa, 12 juillet 2021 (ACP).-Le président du caucus des députés nationaux du Sud-Kivu, Martin Bitijula Mahimba, a exprimé, lundi, le souhait de voir l’état de siège s’étendre dans la province du Sud-Kivu, après son évaluation dans le Nord-Kivu et l’Ituri, dans un entretien accordé à l’ACP au Palais du peuple.

Le député national Bitijula a estimé que l’état de siège peut contribuer à mettre fin aux conflits armés dans les moyens et hauts plateaux d’Uvira, d’Itombwe/Mwenga et de Fizi dans le Sud-Kivu et qui opposent plusieurs tribus inféodées ou non aux milices armées venant des pays voisins, le Rwanda et le Burundi.

« Actuellement, il y a une espèce de coalition des tribus Bafuliro, banyindu, babembe, bavira  contre les banyamulenge soutenus par les milices des pays voisins », a-t-il souligné.

Selon lui, les soutiens extérieurs que reçoivent les tribus opposées, aggravent le conflit sur le terrain, lequel conflit  perdure et prend une dimension plus grande et inquiétante.

D’où, recommande-t-il, une mission parlementaire puisse descendre sur le terrain en vue de sensibiliser les communautés locales à une cohabitation  pacifique. La mission parlementaire, ajoute-t-il, serait une contribution des députés nationaux et les sénateurs à cette sensibilisation à la cohabitation pacifique entre les membres de différentes communautés.

Le député Martin Bitijula a invité le gouvernement et l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu à se mettre ensemble afin de trouver une solution notamment de paix entre communautés en conflit dans cette partie de la RDC.

Les députés nationaux avaient demandé l’année dernière, au gouverneur du Sud-Kivu, d’organiser un forum pour parler de paix entre parlementaires et notables de la province, a-t-il rappelé.

L’élu d’Uvira déplore les conséquences des conflits armés sur notamment le développement de la province. Parmi ces  conséquences, note-t-il, les tracasseries sur les axes routiers Bukavu-Uvira-Fizi, Bukavu-Kabare-Walungu-Shabunda et Bukavu-Kalehe.   La sucrerie de Kiliba dans la plaine de la Ruzizi, a affirmé Martin Bitijula, ne fonctionne plus bien à cause  de l’insécurité causée par les groupes armés locaux et étrangers présents dans la contrée. ACP/