Afrique du Sud : le pillage des commerces se généralise

0
145

Kinshasa, 13 juillet 2021 (ACP).-   Depuis l’emprisonnement de l’ancien Président Jacob Zuma, les émeutes s’intensifient en Afrique du Sud par la canalisation et pillage des magasins, ont rapporté mardi les médias internationaux.

Les sources indiquent que depuis lundi, la police et l’armée luttent pour contenir la violence qui sévit.

Pour les commerçants qui assistent à la déprédation de leurs magasins, les émeutes semblent injustifiées et mettent en péril leur avenir.

« C’est très douloureux ce qui s’est passé ici aujourd’hui, très douloureux. Nous essayons de subvenir aux besoins de nos enfants, de payer leur frais de scolarité et de transport. Avec tout ce qui s’est passé ici, comment allons-nous subvenir aux besoins de nos enfants maintenant ? Je suis arrivé et j’ai trouvé mon magasin dans cet état et tout ce qu’il me reste c’est ce parapluie », a déclaré un commerçant.

Depuis lundi, les plus grands centres commerciaux et concessionnaires de voitures autour de Rosebank, zone très fréquentée par les manifestants ont fermé leurs portes.

Les révoltes qui avaient commencé dans la région de Jacob Zuma, s’étendent à présent jusque Gauteng, la province la plus peuplée du pays. Au KwaZulu-Natal, les gens prenaient des appareils électroménagers, notamment des fours à micro-ondes, des téléviseurs et des vêtements dans les magasins des régions de Mariannhill et d’Umlazi.

Des magasins de vente en détail à Alexandra, à l’Est de Johannesburg, ont également été touchés et des journalistes couvrant les émeutes de la South African Broadcasting Corporation et de la chaîne d’information Newzroom Afrika ont été dépouillés de leur matériel. « Ils disent qu’ils détruisent au nom de Jacob Zuma.

Plus de 200 arrestations et 6 morts, selon la police, l’insécurité règne en Afrique du Sud.

Le Président Cyril Ramaphosa s’est adressé à son peuple dimanche soir, il appelle au calme et promet un retour à la norme qu’il confie aux mains des forces de l’ordre.

L’armée dans la rue face aux manifestants

Face au chaos provoqué par les manifestants dans plusieurs villes du pays, l’armée a été appelée en renfort par le Président sud-africain qui a condamné l’escalade en cours.

« Le chemin de la violence, du pillage et de l’anarchie ne mène qu’à plus de violence et de dévastation. En plus de la souffrance, il conduit à plus de pauvreté, plus de chômage et plus de pertes de vies innocentes. Ce n’est pas ce que nous sommes en tant que Sud-Africains, ce n’est pas nous », a déclaré Cyril Ramaphosa.

A Pretoria, Johannesburg et autres, les manifestations lancées au Kwazulu-natal contre l’incarcération de Jacob Zuma gagnent du terrain et se sont transformées en émeutes de la faim, dans un pays où plusieurs personnes ont été privées de leurs moyens de subsistance par la crise sanitaire.

Depuis, l’agitation a gagné les quartiers déshérités de Johannesburg où le sort de Jacob Zuma semble être relégué au second plan. Mais Cyril Ramaphosa appelle au calme.

« Il est d’une importance vitale que nous rétablissions le calme et la stabilité dans toutes les parties du pays sans aucun délai’’, a précisé le président sud-africain.

Il y a urgence, les violences ayant déjà coûté la vie à au moins 10 personnes alors que 489 autres ont été arrêtées. Cyril Ramaphosa promet de rencontrer les leaders politiques pour trouver une issue à la crise. C’est dans ce contexte que la Cour constitutionnelle a mis en délibéré lundi son verdict concernant le recours introduit par Jacob Zuma. Aucune date n’a cependant été annoncée. ACP/ ZNG/KJI