Présentation des résultats du Projet d’appui à la mise en place d’une concession de foresterie aux femmes

0
198
Exif_JPEG_420

Kinshasa, 14 juillet 2021 (ACP).- La Coalition des Femmes Leaders pour  l’Environnement et le Développement Durable (CFLEDD) a présenté, mercredi, à Kinshasa, les résultats du «Projet d’Appui à la mise en place d’une concession de foresterie communautaire dans l’espace concédé aux femmes des communautés de Bakwa Tshiya 2 et de Bena Kalonga, dans la province du  Kasaï-Oriental», dans le cadre du plaidoyer sur les droits des femmes, au cours d’un atelier organisé à l’intention de  ses membres.

La présidente du Conseil d’administration de la CFLEDD, Nene Mainzana, a rappelé qu’entre 2016-2017,  sa coalition a mené une étude sur l’état des lieux des droits de tenure foncière et forestière des femmes dans les – provinces du  Bas -Congo, du Bandundu,  l’Equateur et le Sud-Kivu.

Cette étude a laissé entrevoir que l’Etat devra  cerner les droits de tenure foncière et forestière des femmes. Elle a débouché sur l’élaboration des notes techniques de plaidoyer pour la reconnaissance des droits en  cette  matière ,en perspective des réformes en cours en RDC et d’obtention des édits provinciaux portant reconnaissance des droits de possession et jouissance des femmes aux patrimoines forestiers et fonciers, dans ces 4 provinces.

Selon Nene Mainzana, «SynchroniCity Earth» s’est résolu à appuyer, entre 2018 et 2019, la CFLEDD pour l’organisation des dialogues dans la province du Kasaï-Oriental, afin de  capitaliser ce mode de sécurisation les droits de tenure de femmes et d’amener  davantage les femmes dans la gouvernance de terres et forêts.

Cette démarche de la CFLEDD a permis aux femmes de cette province  d’obtenir un édit provincial portant reconnaissance des droits de possession et de jouissance par des femmes aux patrimoines forestiers et fonciers.

Elle  a souligné, ensuite, que le choix de cette entité était motivé par le fait que  les activités d’exploitation minière  ont réduit les droits de jouissance  et de possession des ressources naturelles par des femmes, exposées en plus aux méfaits du changement climatique et aux différents conflits.

L’expert de ce projet, Issa Lingbebu, s’est penché sur les avantages   enregistrés par ce projet notamment, l’acquisition d’un terrain de 500 hectares au profit des femmes membres du projet. La production d’une étude additionnelle sur la problématique de droits de tenure foncière et forestière de femmes dans la province du Kasai-Oriental et des outils de communication sur les activités réalisées  sur le terrain, pour contribuer au plaidoyer sur la sécurisation des droits des femmes dans les réformes en cours au niveau national figurent  également parmi plusieurs résultats obtenu, avec l’appui financier de  SynchroniCity Earth.

Il  a par ailleurs noté que le projet détient un draft d’édit provincial portant reconnaissance des droits de possession et de jouissance des femmes aux patrimoines forestiers et fonciers qu’il a élaboré, lors de la première phase du projet, et qui est actuellement inscrit à l’Assemblée nationale parmi les matières à l’ordre du jour. ACP/Tekitla