Atelier  pour l’opérationnalisation des cellules sectorielles du Genre en RDC

0
178

Kinshasa, 16 juillet 2021 (ACP).-  Le représentant résident ai du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), Laurent Rudasingwa, a  livré jeudi à Kinshasa lors de l’ouverture de l’atelier sur l’opérationnalisation des cellules sectorielles du Genre dans les administrations publiques en RDC, trois messages essentiels, à l’intention des secrétaires généraux  en rapport avec les questions de l’égalité du genre.

Le premier message a laissé entrevoir la volonté politique des décideurs notamment le président de la République et la ministre  du Genre sur la politique nationale en cette matière et l’engagement qui sont indiscutables, il a souligné que la question du genre évolue là où la vision du gouvernement est claire. Le second fait état des politiques publiques qui offrent l’avantage de produire des résultats favorisant l’épanouissement des hommes et des femmes de manière concomitante là où l’administration publique est sensible au genre.

Selon M. Rudasingwa, le troisième message du PNUD a mis un accent particulier sur l’implication des techniciens de l’administration notamment les secrétaires généraux  dans les questions du genre et une coordination efficace des cellules de cette thématique en vue de déboucher sur des politiques sectorielles sensibles à ce dernier et de mériter des décideurs capables d’émettre des avis éclairés  en faveur des décisions politiques avantageuses aux hommes et aux femmes.

Il a formulé le vœu de voir  le leadership des secrétaires généraux garantir leurs ministères respectifs, un accompagnement de qualité au profit des cellules sectorielles du genre. Le spécialiste Partenariat au PNUD, François Elika s’est appesanti sur les rôles et les responsabilités des secrétaires généraux dans la promotion du genre.

Il les a instruits sur la démarche à suivre concernant les projets sensibles au genre à soumettre aux bailleurs des fonds. Un projet relatif au gender exige qu’un état des lieux  et des analyses soient faits au préalable et qu’il dispose d’un personnel bien formé pour faire la surveillance de la qualité   dans le domaine du genre.  Ce sont ces outils qu’il faut vendre au Conseil des ministres, notamment le plan d’action ou travail en dehors de la politique nationale du genre,  en vue de mener des enquêtes sur le terrain,  chercher des ressources  par rapport à ce plan  et combler le déficit  d’analyse, parce qu’ il y a, au niveau du genre, un  danger, celui  de rester  dans le carcan du militantisme clamant l’absence de la femme, a-t- dit.

 Il a  ensuite appelé les uns et les autres à faire des analyses susceptibles de dégager des cas devant être comblés par les données afin de faire des politiques solides. Quant aux rôles d’intégration, il s’agit  du renforcement des capacités qui va outiller les récipiendaires à former les autres à leur tour, tandis que les missions fondamentales garantiront la traçabilité du genre dans les politiques gouvernementales. ACP/Fng/nig