L’APLTP renforce les capacités des inspecteurs du travail en matière de lutte contre la traite des personnes

0
181

Kinshasa, 16 juillet 2021 (ACP).- L’Agence Nationale pour la Lutte contre la Traite des Personnes (APLTP) a organisé  mercredi dernier à Kinshasa, un atelier de sensibilisation des inspecteurs du travail sur la traite des personnes en RDC, grâce à un financement de l’USAID, en collaboration avec l’Organisation Internationale des Migrations (OIM). Durant cet atelier, les inspecteurs du travail ont été formés sur les différentes figures de la traite, les indicateurs permettant d’identifier les victimes, le cadre législatif existant en droit congolais afin de les permettre de mieux agir face à ce fléau.

Le Coordonnateur adjoint chargé des questions techniques de l’APLTP Guy Bao Ebamu, a  expliqué le contexte de la tenue de cet atelier.

« Dans le cadre de notre mission, nous avons constaté qu’il y a beaucoup d’abus liés à la traite des êtres humains dans le secteur du travail. Il y a également des violations des droits de l’homme dans les entreprises minières, les hôtelleries, le commerce et les grands espaces. C’est dans ce sens que nous avons jugé utile de sensibiliser les premiers protecteurs des travailleurs, à savoir, les inspecteurs du travail pour leur permettre d’augmenter leurs connaissances en matière de traite et de nous aider dans l’identification des victimes et des bourreaux. Afin de permettre au gouvernement d’organiser la poursuite et le combat contre les réseaux criminels », a-t-il dit.

Pour sa part, Fils-Lien Ely Thelot, Conseiller technique de l’Organisation Internationale pour les migrations (OIM), a aussi renchéri sur le bien-fondé de cet atelier.

« L’OIM avec le financement de l’USAID appuie l’APLTP pour faire de la sensibilisation sur la traite des personnes mais également pour aider dans la prise en charge des victimes. En RDC, il y a beaucoup des victimes de la traite surtout notamment dans le secteur du travail. En RDC plus de deux tiers de la population active se retrouve au chômage, donc il y a beaucoup des personnes vulnérables qui cherchent du travail et qui n’en trouvent pas.

Ces personnes sont très vulnérables pour les réseaux des trafiquants. Il y a beaucoup des victimes de travail forcé et les inspecteurs du travail sont appelés à jouer un rôle important pour combattre ce type de traite en RDC. C’est pour cela l’OIM avec l’appui de USAID assistent l’agence pour former les inspecteurs du travail afin qu’ils arrivent à exécuter leur tâche de supervision, identifier les victimes de traite et de faire en sorte que l’État congolais vienne en assistance aux victimes des travaux forcés.

L’objectif est de montrer au monde qu’il y a des efforts qui sont fournis en RDC pour que dans les prochains rapport la RDC soit mieux classée dans la lutte contre la traite des personnes au niveau mondial », a-t-il expliqué. Il sied de rappeler que le même atelier a été déjà organisé à l’intention des journalistes, des magistrats, des avocats, et  des assistants sociaux.

La RDC fortement touchée par le chômage

La République Démocratique du Congo est fortement touchée par le chômage qui tourne autour de 70% de la population active. Dans un tel contexte d’exclusion par rapport a l’emploi, celles et ceux qui arrivent à y avoir accès évoluent très souvent dans un environnement précaire. Ils subissent dans de nombreux cas des violations répétées des droits humains. Certains secteurs de l’économie nationale comportent des risques élevés pour les travailleuses et les travailleurs qui y évoluent, notamment en matière de traite des personnes. C’est le cas pour celles et ceux qui évoluent dans le secteur minier, dans le secteur de l’hôtellerie, au niveau des métiers du bâtiment, de l’agriculture, du commerce dans les grandes surfaces, des travaux domestiques, etc.

Par rapport à la vulnérabilité de ces catégories de travailleurs, les inspecteurs du travail ont un rôle important à jouer. ACP/Fng/nig