Derniers hommages à l’éditeur du journal «Le Phare», Polydor Muboyayi

0
507

Kinshasa, 18 juillet 2021 (ACP).- Le ministre de la Communication et   médias, Patrick Muyaya, les représentants de différents  organes de presse et les notabilités politiques ont rendu leurs derniers hommages à l’Editeur – directeur général du quotidien  «Le Phare» et président de l’Observatoire des médias congolais (OMEC), Polydor Muboyayi Mubanga, décédé samedi 26 juin  2021 aux USA, des suites d’une maladie.

Tour à tour, le ministre de la Communication et des médias, le directeur du cabinet adjoint du Chef de l’Etat,   les représentants du Conseil  supérieur de l’audio-visuel et de la communication (CSAC), de l’Union nationale de la presse congolaise(UNPC), de l’OMEC, du journal «Le Phare», de la famille biologique et des enfants du défunt et  des amis et connaissances , ont salué ses qualités morales, intellectuelles et professionnelles  ainsi que ses nombreux services  rendus  à la presse congolaise et à la nation tout entière pendant 49 ans.

Ils ont fait des témoignages éloquents sur ce chevalier infatigable de la plume,  soulignant son  engagement  à l’éclosion des médias congolais, son sens élevé de l’encadrement  et de la formation de la jeunesse.

Polydor Muboyayi, ont-ils indiqué, était de son vivant un  prédicateur du code de bonne conduite des journalistes et de l’éthique professionnelle, gardien, durant toute sa prestation,  de l’âme d’un journaliste – reporter  de qualité, un modèle  à suivre  dans l’assiduité au travail et prestation de qualité  , porteur des valeurs notamment l’ honnêteté ,  la dignité humaine , l’amour des autres .

Mort à  l’âge de  72 ans, Polydor Muboyayi Mubanga laisse une veuve et sept enfants.

Brèves notes biographiques

Né en 1949, Polydor Muboyayi a entamé sa carrière professionnelle, au début des années 1970, au quotidien «Etoile», où il s’était fait un nom avant d’intégrer le journal Salongo, de Paul Bondo Nsama.

Au fil du temps, il deviendra directeur de rédaction au journal Salongo, de 1972 jusqu’en janvier 1983, avant de fonder son propre journal «Le phare», qu’il hissera parmi les principaux médias du pays.

Polydor Muboyayi, qui a fait de son journal  une référence dans l’univers médiatique congolais, est donc le premier à avoir créé la première presse libre, car «Le Phare» est né en 1983, en pleine dictature de Mobutu. Il aura connu dans sa vie des arrestations, enlèvements, menaces et autres pressions. Mais il a tenu bon.

Il a été élu  à la présidence de l’Observatoire des Médias Congolais (OMEC) lors du Congrès national de la presse, qualifié de «Congrès de la refondation», qui a réuni durant une semaine, plus de 200 personnes , au Centre Nganda à Kinshasa, en mars 2004.

C’est à la suite de ce Congrès que  l’Union nationale de la Presse du Congo (UNPC) et l’Observatoire des médias congolais (OMEC) ont vu le jour.

Il avait été décoré le 14 juillet 2014, de la médaille de l’Ordre du Mérite de la France, sur décision du Président de la République française «pour avoir beaucoup œuvré pour le développement de la presse privée en RDC».

Plume respectée, analyste méticuleux et pondéré,  Polydor Muboyayi Mubanga avait une mémoire «d’éléphant» sur l’histoire politique de la RDC. Il fut donc un modèle, une référence et une boussole pour les jeunes journalistes hommes et femmes.

Le 18 juin 2006, Polydor Muboyayi avait marché avec tous les journalistes et professionnels des médias réclamant la sécurisation des journalistes avec les assassinats de Bampuwa wa Mulamba , Franck Ngyke et son épouse à Kinshasa.

Affaibli depuis quelques années par des ennuis de santé, il s’était retiré momentanément aux États-Unis où réside sa famille, avant de revenir au pays à l’avènement du régime Tshisekedi au pouvoir. C’est en terre américaine, où il était retourné qu’il a rendu l’âme. ACP/CL/May