Le DG de l’ICCN salue la décision du retrait du parc national de Salonga de la liste du patrimoine mondial en péril

0
65

Kinshasa,  22 juillet 2021 (ACP).- Le Directeur général  de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), le Dr Cosma Wilungula a salué, jeudi, la décision du retrait du parc national de Salonga de la liste du patrimoine mondial en péril.

Il l’a dit au cours d’une conférence de presse qu’il a animée au Jardin botanique de Kinshasa. Cette décision motive à suffisance la RDC pour fournir davantage d’efforts en vue de respecter et de mettre en œuvre les recommandations et les orientations du Comité du patrimoine mondial,  afin de préserver les valeurs exceptionnelles universelles des autres biens qui restent en péril, a-t-il souligné.

Cette décision de retrait signifie simplement que le parc national de Salonga a retrouvé sa valeur universelle qu’il avait perdue de suite de plusieurs faits, notamment des blocs pétroliers qui chevauchent ce parc auxquels toute exploitation a été interdite par la convention du patrimoine mondial, a-t-il expliqué.

En dehors de ce bloc pétrolier comme l’une des raisons  de la perte des valeurs universelles, il y’a aussi la gouvernance, la mobilisation des ressources et des moyens, parce qu’une mauvaise gouvernance dégrade les capacités de gestion d’une aire protégée ou d’un parc.

Le Dr Cosma a précisé que la plus grande dégradation du parc national de Salonga a été causée par le braconnage en décimant les éléphants des forets, les bonobos etc.…

Par ailleurs, le DG de l’ICCN a indiqué qu’il a fallu un travail de longue haleine pour atteindre ce résultat positif en mettant en place plusieurs mécanismes des gestions.

A titre d’exemple, « l’opération Bonobo » mise en place avec l’appui du gouvernement congolais et des éléments des FARDC pour pouvoir nettoyer le braconnage dans ce parc.

Le parc national de Salonga possède la plus grande tourbière du monde qui renferme du gaz carbonique emprisonné depuis des centaines de milliers d’années. C’est un atout de taille dans la lutte contre le changement climatique et il y a nécessité de continuer à protéger ces forêts.

L’ICCN plaide pour la suppression de l’arrêté interministériel du 24 juillet 2020 relatif à la fixation des taux des  droits, taxes et redevances à percevoir à l’initiative du ministère de l’EDD, en matière de faune et de flore

Le DG de l’ICCN, le Dr Cosma Wilungula a plaidé également pour la suppression de l’arrêté interministériel du 24 juillet 2020 relatif à la fixation des taux des  droits, taxes et redevances à percevoir à l’initiative du ministère de l’Environnement et développement durable (EDD) en matière de faune et de flore. En effet, cet arrêté supprime à l’ICCN sa mission d’assurer la protection des aires protégées et autorise par la même occasion, à ciel ouvert, le braconnage dans ses dispositions.

Le plus grand braconnier de la RDC aux arrêts à la prison militaire de Ndolo

Le Dr Cosma Wilungula a saisi l’occasion pour informer également l’opinion sur l’arrestation du plus grand braconnier de la RDC appartenant au groupe rebelle « Mayi Mayi », un certain Jackson. Ce dernier est incarcéré à la prison militaire de Ndolo en attendant le  procès judiciaire.

Par ailleurs, Le DG de l’ICCN déplore le traitement de faveur infligé à ce criminel dès lors qu’il a non seulement abattu les espèces protégées, mais également il a massacré 19 rangers ou gardes-parc de la manière la plus ignoble. ACP/ Zng/GGK/JLL