L’Assemblée nationale soutient l’APNAC dans la lutte contre la corruption en RDC

0
179

Kinshasa, 23 juillet 2021 (ACP).- Le deuxième vice-président de l’Assemblée nationale, Vital Banywesize Muhini, a rassuré, vendredi, le bureau exécutif du  Réseau des parlementaires africains contre la corruption/section République démocratique du Congo (APNAC/RDC) ,du soutien de la chambre basse du Parlement ,dans la lutte contre la corruption en RDC, dans une allocution prononcée  à la clôture   de la cérémonie de publication du rapport de l’ APNAC sur les dénonciations des faits de corruption en RDC. Vital Banywesize Muhini a  fait état de la détermination du bureau de l’Assemblée nationale  à  renforcer les travaux parlementaires   en matière de lutte contre la corruption.

Faisant la synthèse du rapport publié  par son institution, le président de l’APNAC/RDC, le député national  Jean-Pierre Pasi Za Pamba,  a  dit que ce rapport  concerne les dénonciations  faites à l’APNAC-RDC par diverses  sources pour la période de 24 janvier  au 31 décembre 2020.

Il s’agit, a-t-il poursuivi, des dénonciations de nature diverse qui vont notamment de l’escroquerie à la vente illicite des mines et minerais en passant par la spoliation des terrains de l’Etat, le maquillage des chiffres, l’attribution illégale des marchés publics, le  blanchiment des capitaux et  la complaisance dans le contrôle des transactions bancaires par la Banque centrale du Congo (BCC).

« 18 provinces sont concernées avec  le taux  le plus élevé dans la ville de Kinshasa soit 65,54 % »,  a souligné  le  président de l’APNAC-RDC avant de citer  les provinces frappées par la corruption.

Dans l’ordre décroissant, il s’agit du  Nord-Kivu au taux de 5,4 %, l’Ituri 3,4 %, le Haut-Katanga 3,4 %, le Kwilu 3,4 %, le Lualaba 2,7 %, la Mongala 2,7 %, le Maniema 2,7 %,le Sud-Kivu 2,03 %, le Kwango 2,03 %,l’Equateur 2,03 %, la Lomami 1,35 %, le Haut-Uelé 1,35 %, le Sankuru 1,35%, la Tshopo 1,35 %, le Kasai Central 1,35 %, le Kasai 0,68 % et le Maindombe 0,68 %.

La  capitale de la RDC occupe la première place en cumulant la corruption du gouvernement central et celle  de la ville province, a   noté Jean Pierre Pasi Za Pamba, précisant  que  les provinces reprises sur cette énumération sont celles dont l’APNAC-RDC a reçu des alertes.

« Ce qui ne veut pas dire que les provinces non citées sont exemptes de corruption », a-t-il expliqué.

Appel  à doter le pays des lois anti-corruption

Le président de l’APNAC-RDC a  formulé des recommandations aux institutions  de la République en demandant à l’Assemblée nationale  de doter le pays des lois anti-corruption, et de renforcer le contrôle parlementaire.

S’adressant au Président de la République, l’APNAC-RDC voudrait  qu’il sanctionne politiquement les corrupteurs et   les corrompus tout en réorganisant l’agence de prévention et de lutte contre  la corruption.

Quant  au gouvernement de la République, l’APNAC-RDC recommande notamment de sanctionner  les agents impliqués dans la corruption et les déférer devant les  instances judiciaires compétentes. ACP/Fng/nig